La correspondance de Pierre Bayle désormais accessible en ligne

L’édition électronique de la correspondance de Pierre Bayle est désormais en ligne à l’adresse: http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr

Ce site consacré à l’édition de la correspondance active et passive du philosophe Pierre Bayle offre le texte et l’apparat critique de 587 lettres (1662-juin 1686), ainsi qu’une vue numérisée des manuscrits.

Cette édition-web, extraite de la base de données 4 D « Arcane », a été réalisée avec le logiciel libre SPIP par les services informatiques de l’université Jean Monnet de Saint-Etienne.

L’édition individualise chaque lettre, numérotée de 1 à 587, et permet d’accéder à l’ensemble de la Correspondance par ordre chronologique. Les lettres suivantes seront intégrées progressivement jusqu’à inclure l’ensemble de la correspondance (environ 1600 lettres). Pour aller plus avant, de multiples modes de consultation et de recherche sont accessibles.

Il est possible de :

• rechercher librement un mot dans l’ensemble de la Correspondance (troncature possible)

• afficher les lettres échangées entre Bayle et un correspondant particulier

• afficher les lettres d’une année ou d’une période déterminée Un index des noms de personnes permet des renvois sur les occurrences des noms cités dans les lettres. Un glossaire propose des définitions des termes difficiles.

Des documents annexes ont été placés dans une partie Médiathèque du site :

• Portraits : portraits des principaux acteurs de la République des Lettres

• Lieux : vues des lieux où vécut Pierre Bayle • Ouvrages : page de titre de ses ouvrages

• Bibliothèque des écritures : échantillonnage des écritures des correspondants de Bayle • Vidéo : petits films consacrés à la vie du philosophe ou à l’édition de sa correspondance.

Par sa richesse, ce site offre un éclairage exceptionnel sur la vie intellectuelle au cœur de la République des Lettres.

MURATORIANA online (call for papers)

MURATORIANA online

online open access annual journal about muratorian studies, with scientific papers about Lodovico Antonio Muratori (1672-1750), his contribution to Republic of Letters, his correspondents & pen-friends, with texts & linked documents (letters, inscriptions, &c.), reviews & bibliographical comunications.

CALL FOR PAPERS:

Expiry date: papers (with any photos) for the first issue will be admitted not later than the end of september 2011.

First issue will be printed in pdf in website http://www.centrostudimuratoriani.it/ in december 2011.

Contact: http://www.centrostudimuratoriani.it/contatti/.

COLOPHON & EDITORIAL GUIDE LINES

Publisher: Centro di studi muratoriani, Modena, Italy

Editor: Fabio Marri

Scientific board: Fabio Marri, Ernesto Milano, Paola Di Pietro, Giordano Bertuzzi, Federica Missere, Director of State Archive in Modena, Director of Biblioteca Estense Universitaria, President of Deputazione di storia patria per le antiche Provincie modenesi, Alfredo Cottignoli, Daniela Gianaroli, Paolo Golinelli

Editorial staff: Paola Di Pietro, Daniela Gianaroli, Fabio Marri, Federica Missere

Editorial secretary, graphic & type-setting: Federica Missere

Contact: http://www.centrostudimuratoriani.it/contatti/.

Guide lines for Authors: http://www.centrostudimuratoriani.it/muratoriana-online/

_____________________________

Federica Missere Fontana

Librarian & Webmaster

Centro di studi muratoriani

Via Pomposa, 1

I – 41121 Modena Mo Italy

http://www.centrostudimuratoriani.it/

email: http://www.centrostudimuratoriani.it/contatti/

http://independent.academia.edu/Centrodistudimuratoriani

 

Journées CITERE : « Cartographier le procès de communication », Marseille, EHESS, 12-13 mai 2011

PROJET ANR CITERE

CARTOGRAPHIER LE PROCÈS DE COMMUNICATION

Journées organisées par  Stéphane Blond et Jean Boutier

Marseille 12-13 mai 2011

Accueil par l’UMR 8562 – Centre Norbert Elias – EHESS, Pôle régional de Marseille

Centre de la Vieille Charité – 2 rue de la Charité – 13002 MARSEILLE

3e étage, salle de réunion


JEUDI 12 MAI 2011

Matin (9h30-12h30)

  • Jean BOUTIER (École des Hautes Études en Sciences Sociales-Marseille)

Réflexions pour une cartographie des réseaux savants : qu’est-ce qu’un lieu intellectuel ?

  • Stéphane BLOND (Université d’Évry-Val d’Essonne)

État des liens du réseau routier européen à la fin de la période moderne. La Carte générale des postes de l’Europe par John Rocque (1752-1781)

  • Catherine DELANO-SMITH (University of London)

Itinerary or map ? Aids for land travellers from the Middle Ages to modern times

Après-midi (14h00-17h00)

  • Gilles BANCAREL (Société d’Étude Guillaume-Thomas Raynal)

L’Histoire philosophique des Deux-Indes de Raynal : cartographier le réseau

  • Anne BRETAGNOLLE (Université Paris I-Panthéon Sorbonne)

Formaliser la structure et la dynamique d’un réseau historique: les routes de poste en France (1632-1833).

  • Débat ouvert

Quel atlas pour Citere ? Réflexion collective sur un projet cartographique collectif. Discussion autour de l’ouvrage d’Ilaria Porciani et Lutz Raphael : Atlas of European Historiography, New York, Macmillan, 2011.

VENDREDI 13 MAI 2011

9h00-17h00

Réunion de travail du projet CITERE sur les dossiers thématiques

de l’ouvrage collectif et leur volet cartographique.

Pour toute information : jean.boutier@univmed.fr ou stephblond@aol.com

Compte rendu de la réunion de travail du projet ANR CITERE, ENS de Lyon, vendredi 10 décembre 2010

 

Compte rendu de la réunion de travail du projet ANR CITERE

Circulations, territoires et réseaux

en Europe de l’âge classique aux Lumières

Ecole Normale Supérieure de Lyon

vendredi 10 décembre 2010

 

Partenaire 1 : Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, EA 1193, Université de Nice Sophia-Antipolis (Pierre-Yves Beaurepaire, coordinateur)

Partenaire 2 : Centre Norbert Elias, UMR 8562, EHESS CNRS Marseille (Jean Boutier)

Partenaire 3 : Centre Alexandre Koyré d’Histoire des Sciences et des Techniques UMR 8560 EHESS-CNRS-Muséum National d’Histoire Naturelle-Cité des Sciences et de l’industrie (La Villette) Paris (Jeanne Peiffer et Jean-Pierre Vittu)

Partenaire 4 : Institut d’histoire de la Pensée classique, UMR 5037 ENS Lettres et Sciences Humaines Lyon, Université Jean-Monnet Saint-Etienne (Antony McKenna)

Etaient présents :

Anne Baillot, Pierre-Yves Beaurepaire (coordinateur du projet et responsable de l’équipe 1), Stéphane Blond, Jean Boutier (responsable de l’équipe 2), Andrea Bruschi, Florence Catherine, Alain Cantillon, Emmanuelle Chapron, Muriel Collart, Daniel Droixhe, Ahmad Fliti, Héloïse Hermant, Kenneth Loiselle, Antony McKenna (responsable équipe 4), Gilles Montègre, David Rousseau, Anne Saada, Geraldine Sheridan, Fabienne Vial-Bonacci, Charlotta Wolff.

Après avoir participé au séminaire Entrer en communication 2, les membres du projet CITERE se sont réunis le vendredi 10 décembre 2010 à l’ENS de Lyon  à partir de 09h30 pour faire le point sur le travail de chacune des équipes partenaires et programmer la préparation des productions collectives prévues au terme du projet. Les membres de l’équipe sont heureux d’accueillir deux représentants du Groupe d’étude du dix-huitième siècle de l’Université de Liège, dont les dix-huitiémistes connaissent le remarquable site internet (http://www.gedhs.ulg.ac.be/), le Professeur Daniel Droixhe, Membre de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique et Mme Muriel Collart qui ont activement participé aux échanges.

Pierre-Yves Beaurepaire propose d’organiser la journée en trois temps : tout d’abord une présentation équipe par équipe de l’état d’avancement du projet et des objectifs que chaque équipe partenaire s’est donnée, avant une réflexion collective sur les productions collectives : livre et atlas à mettre en chantier, et in fine l’adoption d’un calendrier avec attribution des responsabilités de coordination et d’animation.

La présentation de l’état d’avancement des travaux de chaque équipe débute par celle que coordonne Jean Boutier à Marseille. L’équipe 2 a travaillé d’une part sur les correspondances savantes et d’autre part sur la reconstitution de la bibliothèque de Baluze. L’étude des correspondances est pour l’heure essentiellement centrée sur des corpus italiens (plusieurs florentins, mais aussi des lombards comme Volta ou Spallanzani, ou des romains), très souvent négligés dans les études sur la communication savante, et  appréhendés à partir d’une période témoin : la décennie 1770. Les correspondances britanniques, principalement écossaises (David Hume,  Adam Smith, William Hunter) sont également considérées et mettent en évidence un monde britannique fortement interconnecté. Compte tenu des massifs épistolaires auxquels elle s’attaque, l’enquête ne s’est pas donné comme objectif premier d’étudier systématiquement le contenu des échanges épistolaires. Elle a privilégié l’étude des liens épistolaires : la vingtaine de corpus actuellement analysés comprennent  environ 2000 correspondants,  dont seulement 90 sont présents dans au moins deux corpus. En étudiant les interconnexions fortes et faibles, l’équipe a notamment remarqué que les intermédiaires ne sont pas nécessairement ceux que l’on attendait. Pour éviter les effets de sources, les membres de l’équipe souhaitent élargir leur horizon notamment du côté des correspondances françaises, où grâce à Irène Passeron, celle de d’Alembert est déjà à leur disposition. Les correspondances du naturaliste suédois Carl von Linné et de l’américain Benjamin Franklin sont également en train d’être insérées. Un deuxième volet des recherches auxquelles se livre l’équipe 2 concerne la reconstitution de la bibliothèque d’Etienne Baluze, professeur au Collège royal et bibliothécaire de Colbert. Il s’agit d’une bibliothèque entièrement constituée par ses soins et forte de 12 000 volumes. 500 d’entre eux ont d’ores et déjà été localisés entre Europe et Amérique du Nord principalement. L’étude des marginalia permet d’éclairer le travail érudit de Baluze. L’équipe se propose d’organiser une journée d’études sur l’utilisation des ouvrages dans le cadre du travail érudit et d’inventorier les sites internet de son champ d’investigation au sein du projet CITERE.

Antony McKenna présente ensuite l’état d’avancement des travaux de l’équipe 4 qu’il coordonne. L’édition de la correspondance de Pierre Bayle publiée par la Voltaire Foundation à Oxford va bon train. Un huitième et fort volume de 808 pages est paru et les quatre derniers sont en préparation. La mise en ligne de la correspondance entre dans sa phase terminale. L’équipe a choisi une plate-forme SPIP (largement utilisée par les informaticiens du CNRS) en essayant de garder le maximum des fonctions d’Arcane sous lequel la correspondance de Bayle est travaillée. Une bibliographie des travaux sur Pierre Bayle est en chantier de même qu’un inventaire des différents périodiques dirigés par les participants au réseau de Bayle : Pierre Bayle lui-même bien sûr, mais aussi notamment Jean Le Clerc ou Jacques Basnage de Beauval. L’équipe s’intéresse aux ouvrages recensés dans les périodiques en question. Sur le plan des manuscrits clandestins qui constituent l’un des centres d’intérêt de l’équipe, une base de données est également en préparation.

L’équipe 3 dirigée par Jeanne Peiffer et Jean-Pierre Vittu était représentée lors du précédent séminaire Entrer en communication en mai 2010 à Nice par Charles-Henri Depezay. Le coordinateur du projet prendra contact avec ses responsables pour faire le point sur l’avancée de leurs travaux et leur communiquer le présent compte rendu. Parmi les chercheurs présents, Geraldine Sheridan et Daniel Droixhe sont très intéressés à tisser des liens avec l’équipe qui consacre ses recherches aux périodiques savants.

Pierre-Yves Beaurepaire présente les travaux de l’équipe 1 qu’il anime. A Paris, Antoine Lilti et Céline Spector animent le séminaire « Penser l’Europe » qui rencontre un réel succès et ont organisé le 11 décembre 2009 sous la présidence de Daniel Roche une journée d’étude sur le sujet. Le séminaire « Entrer en communication » coordonné par Héloïse Hermant et Pierre-Yves Beaurepaire a été l’occasion de présenter une quinzaine d’études de cas et surtout d’échanges particulièrement riches car les participants ont fait l’effort d’envoyer avant la tenue des séances leurs textes. Le séminaire ayant son unité propre, il est décidé qu’il donnerait naissance à un ouvrage propre qui bénéficierait de la discussion collective des textes déjà discutés à Nice (mai 2010) puis à Lyon (décembre 2010). Kenneth Loiselle suggère une possible publication dans la revue Historical Reflections qui publie des special issues de grande qualité.

La base des francs-maçons du XVIIIe siècle sous Filemaker Pro compte déjà plus de 8000 entrées qui articulent données maçonniques et profanes. Un guide de l’utilisateur a été rédigé pour permettre à tous ceux qui veulent l’enrichir de se l’approprier rapidement. Les cas sélectionnés pour les reconstitutions d’itinéraires à travers l’Europe ont donné lieu à  de nombreux dépouillements dans les archives berlinoises (Staatsbibliothek zu Berlin), hollandaises (Bibliothèque universitaire de Leyde) et polonaises (Cracovie) qui vont être poursuivis pendant l’année 2011. Des essais de cartographie des réseaux maçonniques ont été faits. La parution le 2 décembre 2010 aux Presses Universitaires de Rennes d’un volume collectif sur Les Circulations internationales en Europe années 1680-années 1780 réunissant 37 contributeurs (504 pages), dont une majorité de membres du projet, a été l’occasion de faire connaître à un public élargi les travaux des équipes du projet.

Après une pause, débute le deuxième temps de la journée avec une stimulante discussion collective autour des productions du projet. Un accord unanime s’établit autour de la nécessité de ne pas séparer l’atlas de l’ouvrage collectif dont on rappelle alors qu’il réfléchira sur le « procès de civilisation » à l’aune du travail mené par les équipes partenaires et privilégiera les études de cas. Stéphane Blond, auteur d’une remarquable thèse de doctorat sur les atlas de Trudaine, accepte la responsabilité du volet cartographique du projet. En partenariat avec le porteur de projet et Jean Boutier, il s’appuiera sur les compétences de l’ensemble des équipes. Il est décidé que chaque membre du projet fera remonter des exemples de cartes qu’il a réalisées –indépendamment des supports, outils et qualités des réalisations- ou aimerait réaliser, et précisera les besoins cartographiques pointés lors de ses recherches au sein de CITERE.

Daniel Droixhe et Alain Cantillon font très justement remarquer que tout n’est pas cartographiable et que dans certains aspects du projet, la cartographie n’apporte pas de valeur ajoutée. Chacun en convient. Daniel Droixhe donne comme exemple d’une cartographie fine celle des stations météorologiques constituées en réseau autour du centre de Mannheim. Il évoque la possibilité de suivre dans le temps l’activité du réseau et l’intensité des échanges. Stéphane Blond indique que les possibilités techniques existent. Une discussion animée s’engage autour de la pertinence des réalisations cartographiques de Exploring Correspondence and Intellectual Community in the Early Modern Period (1500-1800) menées à Stanford dans le sillage du projet de Super Enlightenment. Il est décidé que la réunion se terminera par une présentation de cartes réalisées par Stéphane Blond afin de montrer à l’ensemble des partenaires présents les potentialités de l’outil cartographique.

Les participants abordent alors la réflexion sur l’ouvrage collectif CITERE dont le titre définitif reste encore à adopter. Geraldine Sheridan propose d’y travailler et de faire des propositions aux membres du projet. On débat d’abord du texte qui fera l’état des lieux de la question et montrera les apports de CITERE à la compréhension du « procès de civilisation ». Jean Boutier insiste sur la nécessité de mettre à profit ce texte pour donner la plus grande visibilité possible au projet. Pierre-Yves Beaurepaire propose aux présents de confier la coordination de ce texte à la fois introductif et fortement problématisé à Jean Boutier à qui il s’associera comme porteur du projet, ce qui est accepté. S’engagent alors des échanges autour d’une série de propositions faites par les participants. Elles ne visent pas à donner le sommaire définitif du volume mais un canevas et un ordre de marche à l’ensemble du projet. Chacun insiste sur la nécessité d’un ou deux coordinateurs pour chacun des dossiers dont le principe est arrêté.

Il est bien entendu que les thèmes listés ci-après sont provisoires et visent à cerner les orientations des dossiers. Sur une question de Charlotta Wolff, le principe de l’appel par les coordinateurs à des auteurs extérieurs au projet est adopté. CITERE a été dès l’origine pensé comme un projet ouvert et fédérateur, et a agrégé en permanence de nouveaux partenaires, il est important qu’il reste fidèle à cette philosophie de la recherche. Chaque membre du projet est par ailleurs libre de contribuer à tout dossier qui l’intéresse en sollicitant directement les coordinateurs de chaque dossier. Le volume CITERE est un volume collectif et la dimension d’écriture collective et de discussion collective des textes au fur et à mesure de leur élaboration doit être la marque de fabrique de l’ouvrage.

Chacun s’accorde aussi sur l’articulation fine,  au sein de ceux des dossiers qui comporteront un volet cartographique, entre les textes et les cartes et sur le principe de réaliser autant de cartes que de nécessaire pour mener à bien l’étude de cas visée. Des schémas pourront également être intégrés lorsqu’ils s’avèreront pertinents et plus largement tout traitement graphique utile. La dimension expérimentale, la volonté de tester des hypothèses en termes de « Circulations, territoires et réseaux », de confronter les interrogations disciplinaires entre littéraires, historiens, philosophes, historiens des sciences feront l’originalité de l’ouvrage.

Ces propositions sont restituées dans l’ordre où elles ont faites. Elles sont non-limitatives. Il est bien entendu que chaque membre du projet qui n’a pu assister aux journées de Lyon pourra faire d’autres propositions que le porteur de projet se chargera de diffuser au sein des équipes partenaires.

  • Anne Saada propose un dossier consacré à la transformation du statut du savoir par sa circulation. Daniel Droixhe qui  insiste sur les objets mis en circulation coordonnera ce dossier avec elle.
  • Gilles Montègre coordonnera un dossier sur les formes d’auto-représentation de la communication auquel Alain Cantillon, Héloïse Hermant et Ken Loiselle souhaitent s’associer.
  • Héloïse Hermant et Pierre-Yves Beaurepaire coordonneront un dossier sur les dispositifs de communication. Une attention toute particulière sera portée aux acteurs, aux obstacles comme aux enjeux de publicité. Anne Saada et Matthieu Gellard manifestent leur souhait de participer à ce dossier. Alain Cantillon insiste sur la polémique et les dispositifs de communication qu’elle suscite. Il est proposé qu’il coordonne ce volet de l’étude des dispositifs avec Héloïse Hermant.
  • Charlotta Wolff coordonnera avec Kenneth Loiselle un dossier sur l’expérience de partage, y compris dans sa dimension affective.
  • Antony McKenna et Jean Boutier coordonneront un dossier sur l’enchevêtrement des réseaux pour lequel Anne Baillot, Pierre-Yves Beaurepaire, Florence Catherine et David Rousseau manifestent leur intérêt à partir de leurs terrains respectifs.
  • Geraldine Sheridan se propose de coordonner avec Daniel Droixhe et en relation avec l’équipe dirigée par Jeanne Peiffer et Jean Pierre-Vittu un dossier sur langues et traductions.
  • Stéphane Blond coordonnera outre le dispositif cartographique de l’ensemble de l’ouvrage un dossier sur les routes de postes, l’impact des réseaux routiers et commerciaux
  • Anne Saada et Emmanuelle Chapron coordonneront en association avec Gilles Montègre et Jean Boutier un dossier autour des bibliothèques comme carrefour de communication. A l’occasion des échanges autour de ce dossier, Emmanuelle Chapron fait remarquer que l’un des points d’articulations entre les différentes équipes, les corpus et les terrains des chercheurs présents est précisément le livre et le livre en circulation. Ce dossier est donc d’un intérêt tout particulier.
  • Il est proposé de confier la coordination d’un dossier sur Penser l’Europe à Antoine Lilti et Céline Spector. Stéphane Blond qui se prépare à partir pour un fellowship à Londres en histoire de la cartographie se propose de participer sous cet angle à la rédaction de ce dossier.
  • Geraldine Sheridan et Fabienne Vial coordonneront un dossier sur la clandestinité et ses enjeux en termes de circulations, territoires et réseaux.

Jean Boutier propose d’organiser à Marseille au Centre Norbert Elias une journée sur la cartographie où les aspects méthodologiques tiendront une large part. Elle aura lieu le 12 mai 2011 et sera suivie le 13 mai d’une nouvelle réunion du projet. Il est convenu que chaque équipe prendra en charge les frais de déplacement et d’hébergement de ses membres. L’équipe 1 localisée au CMMC à Nice prendra en outre en charge les frais des chercheurs invités qui n’étaient pas membres initialement du projet déposé auprès de l’ANR mais qui l’ont rejoint depuis, lorsqu’ils ne pourront pas être pris en charge par leurs laboratoires de rattachement.

Il est rappelé que chacun s’engage à faire parvenir par mail à Stéphane Blond Stephblond@aol.com avec copie à citere@unice.fr dans les prochaines semaines des exemples de réalisation cartographique commentés avec besoins, attentes, critiques, problèmes, etc. afin de réaliser un dossier sur lequel le projet pourra discuter des options à privilégier et des attentes de ses membres.

Les coordinateurs sont chargés de lancer un appel à proposition pour le dossier qu’ils ont en charge. Chaque dossier fera l’objet d’une présentation de son état d’avancement et des orientations adoptées lors de la journée de travail dédiée au volume collectif le 13 mai 2011.

Le porteur de projet sollicitera l’ANR comme prévu dans son dispositif pour que CITERE bénéficie d’une année supplémentaire pour mener à bien l’ensemble de ses chantiers. Le respect collectif et individuel du calendrier et des étapes abordés devrait permettre de terminer le projet sans difficulté d’ici fin 2012.

Après avoir assisté à la projection de réalisations cartographiques par Stéphane Blond, la réunion s’achève à 17h. L’ensemble des participants adresse de chaleureux remerciements à Antony McKenna pour sa chaleureuse et savante hospitalité.

Prochaine réunion de travail du projet : 13 mai 2011 à Marseille.

Séminaire Entrer en circulation 2

Programme ANR CITERE

Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières/Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks

Ecole normale supérieure LSHS,

Lyon 9 et 10 décembre 2010


 

9 décembre 2010

Séminaire Entrer en communication (2)

9h Ouverture par Antony McKenna et présentation par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

9h30 DE VIVO Filippo,  University of London, School of Social Sciences, History and Philosophy, ‘First News, Then Spin? The Impact of Information (Lepanto, 1571; Lesina 1617)’

10h30 CANTILLON Alain, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle, « Entrer en controverse métaphysique en 1686, Leibniz, Arnauld, et le Prince Ernest »

11h30 BOUTIER Jean, EHESS Marseille-Centre Norbert Elias, « Leibniz et Baluze : l’impossible entrée en communication (1672-1718) »

Déjeuner

14h BAILLOT Anne, Humboldt Universität, « Louis de Beausobre, entre cour et Académie. La correspondance d’un intellectuel francophone en Prusse au XVIIIème siècle »

15h BEAUREPAIRE Pierre-Yves, Université de Nice-Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France, « Un maillon des circulations européennes du XVIIIe siècle, Jacques Pérard, pasteur du Refuge, journaliste, académicien et franc-maçon »

16h SHERIDAN Geraldine, Limerick University, « La circulation européenne de l’Essai de métaphysique de Boulainvilliers »

17h MONTEGRE Gilles, Université Pierre Mendes France, Grenoble, « Le voyage comme vecteur privilégié de l’entrée en communication à l’époque des Lumières : les correspondants de François de Paule Latapie (1739-1823) »

18h LOISELLE Kenneth, Trinity University, Austin (Tx), “To Enter into Communication is to Uphold a Friendship :  Affectivity and the Communication of Knowledge between Dominique Chaix and Dominique Villars, 1772-1799” (Entrer en communication c’est entretenir une amitié. L’affectivité et la communication du savoir entre Dominique Chaix et Dominique Villars, 1772-1799)

Chaque communication, d’une durée maximale de 35 minutes, est suivie d’une discussion de 25 minutes.

 

10 décembre 2010

9h30-16h30

Réunion de travail autour de l’ouvrage collectif et de l’atlas CITERE

séminaire Entrer en communication 2, Ecole Normale Supérieure de Lyon, 9 & 10 décembre 2010


Séminaire Entrer en communication (2)

Ecole normale supérieure de Lyon

9 et 10 décembre 2010

9 décembre 2010

9h30 Présentation par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

10h CANTILLON Alain, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle, « Entrer en controverse métaphysique en 1686, Leibniz, Arnauld, et le Prince Ernest »

11h BAILLOT Anne, Humboldt Universität, « Louis de Beausobre, entre cour et Académie. La correspondance d’un intellectuel francophone en Prusse au XVIIIème siècle »

12h BOUTIER Jean, EHESS Marseille-Centre Norbert Elias, « Leibniz et Baluze : l’impossible entrée en communication (1672-1718) »

Déjeuner

14h BEAUREPAIRE Pierre-Yves, Université de Nice-Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France, « Un maillon des circulations européennes du XVIIIe siècle, Jacques Pérard, pasteur du Refuge, journaliste, académicien et franc-maçon »

15h SHERIDAN Geraldine, Limerick University, « La circulation européenne de l’Essai de métaphysique de Boulainvilliers »

16h MONTEGRE Gilles, Université Pierre Mendes France, Grenoble, « Le voyage comme vecteur privilégié de l’entrée en communication à l’époque des Lumières : les correspondants de François de Paule Latapie (1739-1823) »

17h LOISELLE Kenneth, Trinity University, Austin (Tx), “To Enter into Communication is to Uphold a Friendship :  Affectivity and the Communication of Knowledge between Dominique Chaix and Dominique Villars, 1772-1799” (Entrer en communication c’est entretenir une amitié. L’affectivité et la communication du savoir entre Dominique Chaix et Dominique Villars, 1772-1799)

Chaque communication, d’une durée maximale de 35 minutes, est suivie d’une discussion de 25 minutes.

10 décembre 2010

9h30-16h30

Réunion de travail autour de l’ouvrage collectif Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks –publié en anglais- et de l’atlas CITERE

programme du séminaire Entrer en communication (1), Nice, 21 mai 2010


Entrer en communication (1)

Séminaire ANR CITERE
Circulations, Territoires et Réseaux en Europe
de l’Age classique aux Lumières

Nice, 21 mai 2010, Campus Carlone, Bâtiment H, 3e étage

Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

Organisateurs :
Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

citere@unice.fr

8h45—9h00 Accueil des participants

9h00—9h15 Présentation du séminaire par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

Entrer en communication… par la construction d’un réseau

9h15—9h55 Héloïse Hermant (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC), « De l’information à la mobilisation: lettres, libelles, réseaux dans la lutte de don Juan José de Austria contre le valido Nithard (1668-1669) »

10h15—10h55 Marie-Laure Acquier (Université de Nice-Sophia Antipolis, CIRCPLES), « Stratégies d’écriture, stratégies de communication, « postures » d’auteur (e), chez María Luisa de Padilla, comtesse d’Aranda (sur la Nobleza virtuosa, 1637)

11h15—11h55 Charles-Henry Depezay (Université d’Orléans), « Une entrée en communication illustrant les différentes dimensions de l’Aufklärung : Georg Christian Crollius et l’Académie des Sciences de Mannheim »

12h15—12h55 Stéphane Blond (Université d’Évry-Val d’Essonne, Laboratoire d’Histoire économique, sociale et des techniques), « La structure du réseau routier français au XVIIIe siècle »

21 mai 2010, CMMC, Bâtiment H, 3e étage

Entrer en communication… par l’appropriation ou l’inclusion dans un réseau

14h30—15h05 Matthieu Gellard (Université de Paris IV Sorbonne, Centre Roland Mousnier), « Catherine de Médicis, régente en décembre 1560. Entrée en communication et mise en place d’un système épistolaire »

15h30—16h05 Florence Catherine (Université de Nancy & EA 3400 Université de Strasbourg) « “Je n’oserois vous demander, Monsieur, une correspondance” : règles et usages de l’entrée en communication avec Albrecht von Haller »

16h30—17h05 David Rousseau (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC), « De l’érudit local au savant reconnu : entrer en communication avec Louis Gérard pour les érudits provençaux »

17h30—18h05 Luigi Spotti (Università degli Studi di Milano), « La maison de campagne des frères Luigi Ottavio et Giuseppe Picenardi une “zone franche” pour les intellectuels dans la Lombardie du XVIIIe siècle »

18h30—18h45 Ouverture

Chaque communication est suivie de vingt minutes de discussion.

affiche du séminaire ANR CITERE Entrer en communication

programme Entrée en communication 21 mai 2010

séminaire « Entrer en communication » (appel à communication)

Appel à proposition


L’âge classique et le temps des Lumières constituent un moment original et décisif, tant du point de vue du volume des échanges d’informations que de l’extension des réseaux de communication et de leur adaptation à un monde qui s’ouvre à une accélération remarquable des échanges économiques à long rayon  mais qui voit aussi les Etats s’inquiéter devant l’augmentation et la diversification de flux qu’il leur faut contrôler, orienter et parfois interrompre. Parallèlement au « procès de civilisation » de Norbert Elias aujourd’hui contesté, mais qui a largement contribué à enrichir le débat historiographique, les XVIIe et XVIIIe siècles sont marqués par un processus de communication dont les enjeux conditionnent la construction et la perception de l’Europe jusqu’à aujourd’hui.

Pour l’historiographie traditionnelle, au XVIIe et au XVIIIe siècles, la communication est nécessairement européenne, transfrontalière, car la République des Lettres comme l’Europe des Lumières vont de soi. Les circulations intellectuelles, savantes, maçonniques, aristocratiques et mondaines qui s’y déploient sont supposées s’affranchir sans difficulté des contraintes spatiales. Ce paradigme surévalue la fluidité de la communication en postulant qu’elle va de soi, et en substituant à la matérialité des échanges et des vecteurs, aux obstacles en terme d’espace-temps, de langues véhiculaires, de coûts d’acheminement, de déperdition d’informations, de censure et d’intrusions de toutes sortes dans les réseaux de communication, la projection idéale d’un espace transnational, cosmopolite, réticulaire et déterritorialisé, émancipé de tout ancrage spatio-temporel.

Penser la communication comme processus suppose l’attention aux pratiques et aux enjeux qu’elles recèlent, aux stratégies mises en œuvre, aux usages, aux acteurs qui les pratiquent, aux experts qui les qualifient ou les disqualifient, aux vecteurs qui supportent, orientent ou ralentissent circulations et échanges de l’échelle locale aux horizons mondiaux.  L’étude des formes et des mutations de la communication est donc une puissante invitation à explorer la dimension matérielle et concrète des processus de communication à l’œuvre en Europe du XVIe au XVIIIe siècle.

Les stratégies de communication et de publication des acteurs mobilisent plusieurs vecteurs. En effet, la communication peut se faire en présence et/ou en absence, ce qui suppose, pour le chercheur, la prise en compte d’un ensemble de formes et de leurs éventuelles articulations : la sociabilité comme mode de communication-en-présence (académies, cénacles mondains, loges maçonniques etc.), la lettre comme mode de communication-en-absence mais qui peut être élargie par le recours à la lecture publique, à la copie, aux extraits, l’imprimé comme mode de communication-en-absence ouverte (libelles, satires, factums). Il s’agit donc d’ouvrir la communication épistolaire à l’ensemble des formes de la communication dont les contemporains disposent pour leurs échanges ou qu’ils étaient susceptibles de construire et d’articuler (lancement d’un périodique savant, création d’une académie et publication de ses travaux etc.).

Afin de mieux saisir la matérialité des réseaux et d’examiner leurs rapports avec les territoires qu’ils contribuent à construire par le biais de dynamiques circulatoires complexes, il peut être intéressant d’analyser une  étape particulière du processus communicationnel, peu interrogée jusqu’à présent : celle de l’entrée en communication.

Entrer en communication est une opération qui renvoie à des réalités diverses. Il peut s’agir  de l’entrée d’un individu dans un réseau, que cette entrée soit le fruit d’une stratégie ou qu’elle se produise « à l’aveugle ». Il peut s’agir également de la mise en relation de différents réseaux par un individu ou un groupe, selon des modalités de communication qu’il faudra étudier en considérant l’éventuel rôle des intermédiaires et le poids de l’aléatoire. Enfin, il est possible d’y voir la construction d’un public par un acteur, ou la rencontre d’un individu avec un public dont les contours restent à délimiter.

Comprendre ce qu’entrer en communication signifie et implique exige donc qu’on prenne en compte les stratégies des acteurs, la diversité des moyens de communication, les transactions matérielles et symboliques, les pratiques, les compétences et le statut des individus, la maîtrise des temps et des tempos et enfin l’évolution des logiques agrégatives.

Il faudra aussi s’interroger sur la façon dont l’entrée en communication conditionne la structure du réseau ainsi constitué : a-t-on affaire à une trame durable ou à une structure volatile ? Et dans ce cas, comment penser l’ancrage territorial d’une telle structure ? Pour répondre à ces interrogations, il sera nécessaire de mettre en relation l’espace communicationnel avec les vecteurs de circulation des idées, à la lumière des stratégies de publicité des acteurs et de l’identité interrelationnelle ainsi élaborée.  On sera alors à même d’appréhender ce qui sépare un réseau d’un mouvement d’opinion, un groupe d’interconnaissance d’un public, etc.

Les séances du séminaire s’appuient délibérément sur la présentation de dossiers, d’études de cas d’ « entrées en communication » qui seront d’emblée discutées collectivement. Les propositions de contributions à ce travail collectif émaneront aussi bien de chercheurs engagés dans le programme CITERE que de chercheurs intéressés par les problématiques du séminaire.

Le séminaire débouchera sur la préparation d’un ouvrage véritable collectif -publié en anglais-  intitulé Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks étroitement articulé à la publication de l’atlas électronique CITERE programmé dans le cadre du programme ANR éponyme. Il veut rompre avec la tradition des actes de colloque sur les Lumières ou les réseaux de correspondance, qui sont souvent des collections hétérogènes de communications monographiques, pour proposer une réflexion collective et interroger collectivement le processus de communication à l’œuvre aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Les propositions de contribution au séminaire thématique « Entrer en communication » sont à adresser par mail accompagnées d’un bref curriculum vitae à  citere@unice.fr avant le 6 avril 2010.

Le programme et les objectifs du projet CITERE

Le programme CITERE étudie le processus de communication à l’œuvre en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècle à partir de ses dynamiques spatiales et de la production des territoires qui en résulte.

Pour ce faire, les partenaires ont identifié des chantiers de recherche complémentaires, qui  nourriront les deux productions collectives de CITERE :

  • l’atlas Communiquer en Europe. Essai d’analyses spatiales
  • l’ouvrage collectif rédigé en anglais Communicating Europe. Early Modern Circulations, Territories and Networks.
  1. Penser et représenter l’Europe dans le processus de communication des XVIIe et XVIIIe siècles (partenaire 1)
  2. Les outils maçonniques d’une communication harmonieuse et indépendante (partenaire 1)
  3. Dispositifs et espaces de la communication savante entre érudition classique et temps des Lumières (partenaire 2)
  4. Formes de journaux savants et leurs circulations dans l’espace européen (partenaire 3)
  5. Mesurer l’impact de la clandestinité/centralité sur la communication philosophique en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècle (partenaire 4)