Review by Jill Walshaw (University of Victoria) of La Communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières (Paris: Éditions Belin, 2014). 356 pp. ISBN-10: 2701182522

H-France Review Vol. 15 (April 2015), No. 44

Pierre-Yves Beaurepaire, ed., La Communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières (Paris: Éditions Belin, 2014). 356 pp. 33€ (cl). ISBN-10: 2701182522.

Review by Jill Walshaw, University of Victoria.

 

This book treats the theme of communication in the early modern period in all its aspects, from physical infrastructure, to a variety of vectors (letters, learned journals, institutions and meeting places), to the travels of a host of protagonists, including scholars and journalists, pastors and priests, diplomats and princes. Although France holds a certain pride of place, the focus is resolutely European and even global, with trans-Atlantic communications included in more than one instance. It builds on some twenty years of intensified study of the process of communication demonstrating that the focus has moved away from the more abstract study of the diffusion and circulation of ideastowards a perspective that prioritizes the practice of communication, identifying individuals and following their communicative strategies as they negotiated space at the local, regional, national and international level. Project director Pierre-Yves Beaurepaire argues that by taking this original, yet practical approach, his team has identified a “European Age of Communication” in the seventeenth and eighteenth centuries (p. 6), an age that gave birth to a Europe that was startlingly modern in its communicative mechanisms and networks.

 

It is significant that Beaurepaire speaks of the work of his team, for this is not simply an edited volume of sollicited chapters or of individual contributions. La communication en Europe is the result of a four-year collaborative research project under the umbrella of the CITERE program (“Circulations, Territoires et Réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières”), funded by the Agence nationale de la Recherche (ANR) and supported by the Institut universitaire de France.[1] Its seven chapters and approximately 350 pages are the work of an international team of twenty scholars. Thirteen of the group are based at French institutions, with six other Europeans (from Italy, Belgium, Sweden and Finland) and one anglo-American, Kenneth Loiselle of Trinity University in San Antonio, whose work on friendship and networking in the eighteenth century makes him a good addition to the team.[2] Thus, these are the authors of the book, not contributors to it. Two chapters represent more individual endeavors, but the remaining five are co-written by an average of five scholars each, under the direction of one or more chapter coordinators. The coherence achieved in this exercise is, I would argue, somewhat limited: with individual studies neither completely independent nor blended into homogenous chapters, it retains some of the character of a collection of individual projects. Nevertheless, and entirely apart from its scholarly achievements, La communication en Europe provides an intriguing publication model in an age when research funding seems increasingly targeted to collaborative efforts.

 

One of the most prominent features of La communication en Europe is its incorporation of a large number of original figures, primarily maps. Indeed, visual content occupies most or all of seventy-two pages, approximately twenty percent of the main body of the book. While this cartographic leaning recalls two key historical atlases of communication before and during the French Revolution, the atlases are in a different category.[3] They are indispensable if relatively brief reference works with shorter text segments, compared to the wider-ranging collection of in-depth, archivally-based case studies represented by the Beaurepaire volume. And, compared with the standard monograph, the maps here are used not just as illustrations but as an integral part of the authors’ arguments.

 

The book aptly begins with the infrastructure of communication—roads in particular—examined from the perspective of travel. Stéphane Blond coordinates the first chapter, where, in a series of case studies (for example, on the emergence of travel maps as a genre, on a travel guide written by the Protestant Louis Dutens (1730-1812), and on the work-related travels of military engineer Jean Thomas) we perceive an itinerary of key destinationsaccording to contemporaries. Dutens’ guide was clearly aimed at a nervous audience, with tables enumerating expenses, exchange rates, and various units of measurement, and advising travelers to calculate travel times carefully (pp. 23, 26-29). And the peregrinations of the elite remind us of the social importance of hubs such as the town of Spa, where an ever-increasing number of visitors flocked for the benefits of being seen as much as for their health (p. 42).

 

Chapters two and three work well together, addressing the communication networks of the scientific community. The authors of chapter two (coordinated by Pierre-Yves Beaurepaire) go beyond the classic notion of the “Republic of Letters” to focus on individual scholarly strategies, including personal contacts, scientific collaboration, and publishing networks. Whiletraditional correspondence continued to be important, the development of the periodical press and of learned journals in particular was key to building multi-faceted communications, and the increasing reach of scholarly publishing networks emerges clearly from the maps. Chapter three (coordinated by Jeanne Peiffer and Patrice Bret) focuses on the importance of translation to the continued expansion of scholarly communication. As international readership grew and translation became more common, journals that failed often did so for linguistic reasons. On the other hand, as scientists sought to learn about work being done in foreign countries, translation paved the way towards more specialized journals and a narrowing of disciplines (p. 104). As in chapter one, the case studies included here focus on the practices of contemporaries rather than the history of institutions. Smaller centers emerge as important because of thepresence of a particular scholar or learned journal, while more establisheduniversities barely register in the networks of correspondents.

 

Half-way through the book, in chapter four, we are invited by Pierre-Yves Beaurepaire and Héloïse Hermant to take a step back and consider early modern communication using the notion of “dispositif,” a plan or mechanism with many individual parts developed in order to overcome an obstacle or to achieve a goal. In the context of the authors’ work, such mechanisms are seen to exist where the goal is to circulate illegal literature, or to overcome institutional or social barriers. This chapter focuses on several case studies in a laboratory-type atmosphere, as we examine how the actors perceived the communicative tools at their disposal and how they were inventive and strategic in their actions. For example, Florence Catherine demonstrates how the Swiss philosophe Albrecht von Haller used different avenues of communication to defend his position with respect to La Mettrie and Voltaire (p. 194), and Antony McKenna undertakes a similar project with respect to the intellectual quarrel between Pierre Bayle and Pierre Jurieu (p. 202).

 

The chapters that follow build on this careful attention to individual agency in case studies while exploring further aspects of communication. Chapter five, co-authored by Emmanuelle Chapron and Anne Saada, engages with scholars of book history, examining the library not in an institutional sense but in its relationship with booksellers and consumers and with intellectual and political milieux. Comparing readership, book acquisition, and reputation of libraries in the cities of Florence (with its deep-seated political and cultural foundations) and Göttingen (in constrast, “lacking any scholarly tradition”), in particular, the authors suggest that the centrality of the library in the eighteenth century was not a given, but rather, a deliberate attempt on the part of the institution to insert itself into thescholarly urban landscape. Chapter six, by Daniel Droixhe, treats us to a micro-historical account of a 1760s police investigation which aimed to discover the inner workings of a network of illegal books in Paris. The secret agents sent in to round up the distributors of livres clandestins were surprised to find that most of the guilty parties—the criminals responsible for undermining public opinion—were women (p. 267).

 

Finally, chapter seven, coordinated by Kenneth Loiselle, Gilles Montègre, and Charlotta Wolff, returns to the domain of interpersonal correspondence to focus specifically on the emotional and self-reflective aspects of communication. The social import of letter-writing, the concrete materiality of the act, and the behaviors and norms that it brought with it, were experienced by all correspondents, from Philip II as he wrote to his daughters (p. 304) to the friendly correspondence between a parish priest and a physician in Dauphiné (p. 323), marking it as one of the quintessential practices of early modern elite culture. In the end, the collaborative model used here, with co-authored chapters and multiple case studies, speaks to the central objective of the work to use concrete instances and the lives of ordinary individuals to shed light on a complex process ofchange, as Jean Boutier points out in his lucid conclusion (p. 344).

 

In one sense, this book will be of interest primarily to specialists. Scholars of the emergence of the scientific disciplines, of the multitude of overlapping intellectual exchanges of the eighteenth century, and of the educated elite across Europe and beyond, will certainly zero in withdelight on one or another of the research findings presented in this densely packed and tremendously useful collection (and it is indeed unfortunate, for this reason, that the work lacks an index). In that same vein, it is important to recognize what this book is and what it is not. It is largely unconcerned with the non-elite, with the varied means of communication among the wider population, both urban and rural. The volume is presented as a “bilan d’étape,” a first stage in a longer-term project. The implication is that future expansion will address how European networks engaged with the challenge of extra-European communications (p. 8), but an equally fruitful avenue could see the creativity and cartographic expertise of such a team harnessed to examine the “age of communication” from below, its impact on broader society rather than on remarkable individuals. Without using the well-worn image of a “trickle-down” model, the nature of communications was also changing in popular quarters in this period, just as it was among the educated elite.

 

That said, in both its method and its observations, this work highlights a number of key elements that will be of interest to all scholars of the seventeenth and eighteenth centuries. The theme of Protestantism appears as a leitmotif throughout the book, the result of the Revocation of the Edict of Nantes in 1685 and the creation of an educated, well-connected and resourceful Protestant diaspora throughout Europe. And while Pierre-Yves Beaurepaire is adamant that the goal is not to paint a “nostalgic and narcissistic” image of harmonious communication across borders (p. 5), the blending of case studies demonstrates how individual relationships and networks worked to create a space for communication which did, in fact, go beyond institutional and politicalboundaries. Still owing something, therefore, to the older model of the international “Republic of Letters,” the association with particular institutions and structures has been replaced by a much more nuanced view of communicative strategies and objectives, a dynamic picture worthy of an era of change.

 

 

NOTES

 

[1] http://citere.hypotheses.org/. The program has resulted in five other publications since 2010, and Pierre-Yves Beaurepaire, who acts as the program’s coordinator in addition to his faculty appointment at the University of Nice Sophia-Antipolis, is listed first as editor for three of them.

 

[2] Kenneth Loiselle, Brotherly Love: Freemasonry and Male Friendship in Enlightenment France (Ithaca, NY: Cornell University Press, 2014).

 

[3] From the Éditions de l’ÉHÉSS, the series Atlas de la Révolution française selected “Routes et communications” as its first volume of ten back in 1987: Serge Bonin and Claude Langlois, Atlas de la Révolution française. 1. Routes et communications (Paris: Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987); more recently, Pierre-Yves Beaurepaire and Silvia Margazalli co-wrote the Atlas de la Révolution française, Circulation des hommes et des idées, 1770-1804 (Paris: Éditions Autrement, 2010).

 

 

Jill Walshaw

Victoria University

jwalshaw@uvic.ca

 

Copyright © 2015 by the Society for French Historical Studies, all rights reserved. The Society for French Historical Studies permits the electronic distribution of individual reviews for nonprofit educational purposes, provided that full and accurate credit is given to the author, the date of publication, and the location of the review on the H-France website. The Society for French Historical Studies reserves the right to withdraw the license for edistribution/republication of individualreviews at any time and for any specific case. Neither bulk redistribution/republication in electronic form of more than five percent of the contents of H-France Review nor re-publication of any amount in print form will be permitted without permission. For any other proposed uses, contact the Editor-in-Chief of H-France. The views posted on H-France Review are not necessarily the views of the Society for French Historical Studies.

 

ISSN 1553-9172

La traduction comme dispositif(s) de communication, Paris, Centre Alexandre Koyré, 1er décembre 2011


La traduction comme dispositif(s) de communication

Journée d’étude du programme ANR CITERE

organisée par Jeanne Peiffer et Patrice Bret

 Centre Alexandre Koyré,

27 rue Damesme, 75013 Paris (M° Tolbiac), 1er décembre 2011, 9 h 30 – 18 h 30

            Quand elle n’a pas été négligée, voire occultée, la traduction a souvent été considérée soit en tant que vecteur de diffusion dans un espace linguistique autre, soit comme une altération du texte, négative (traduction-trahison) ou positive (enrichissement critique). Centrale dans la diffusion des savoirs – c’est-à-dire dans leur circulation et leur appropriation culturelle – elle doit être également envisagée par la matérialité de l’objet (le texte et son support), des protagonistes (auteurs, traducteurs, réviseurs, éditeurs…) et leurs outils (dictionnaires, manuels, …) et surtout par l’interaction matérielle de tous ces acteurs et de leurs contextes : expédition et circuits du texte, échanges épistolaires, voyages, dispositifs linguistiques (apprentissage de la langue, traitement du texte), etc.

Une approche matérielle de la traduction peut donc conduire à voir aussi celle-ci comme un dispositif de communication, ou même un ensemble de dispositifs de communication dans le temps et dans l’espace, où s’articulent les échelles (locale, nationale, internationale) et les appropriations intellectuelles (linguistiques, scientifiques, culturelles…), par exemple : en amont, les ressources linguistiques (maîtres de langue, dictionnaires…) et culturelles locales (sociétés savantes, éditeurs…) ou distantes (voyages, correspondances) ; dans et autour de l’acte traductif, les échanges sur le texte (procédures de validation du contenu, adaptation…), locaux (le traducteur et son milieu) et distants (correspondance avec auteur et autres) en aval, la préparation de la diffusion – annonce (presse), présentation orale (académie), présentation légale (censure ou privilège), édition (presse, librairie) – et les retours après publication (débats, correspondances, recensions, retraductions, éditions pirates) et même éventuellement, avant, pendant et après, la préparation d’un horizon d’attente qui tient en haleine le lecteur potentiel (annonce dans la correspondance et dans la presse).

 

Programme

 

9 h 30

Jeanne Peiffer (Centre Alexandre Koyré, Paris) Présentation de la journée

 

10 h 00

Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré, Paris) Localisation et circulation : la traduction d’un mémoire suédois et d’un livre saxon à Dijon

 

10 h 45

Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg) Naturaliser la « science des mines » : la traduction à la Maison des mines, 1794-1815

 

11 h 30 Discussion générale

12 h 00 Déjeuner sur place


13 h 30 Sabine Juratic (IHMC, Paris) Pratiques d’édition et usages de la traduction en France au XVIIIe siècle : quelques questions

 

14 h 15 Ellen Moerman (interprète de conférence et traductrice assermentée, ANR HTLF) La face publique et la face secrète de la traduction des périodiques étrangers en France (première moitié du XVIIIe siècle)

 

15 h 00

Patrizia Delpiano (Faculté de sciences politiques, Turin) Censure et guerre des livres : l’antiphilosophie, de la France à l’Italie

 

15 h 45

Discussion générale

 

16 h 30 Pause café

17 h 00 Présentations complémentaires


19 h 30 Dîner

Journées CITERE : « Cartographier le procès de communication », Marseille, EHESS, 12-13 mai 2011

PROJET ANR CITERE

CARTOGRAPHIER LE PROCÈS DE COMMUNICATION

Journées organisées par  Stéphane Blond et Jean Boutier

Marseille 12-13 mai 2011

Accueil par l’UMR 8562 – Centre Norbert Elias – EHESS, Pôle régional de Marseille

Centre de la Vieille Charité – 2 rue de la Charité – 13002 MARSEILLE

3e étage, salle de réunion


JEUDI 12 MAI 2011

Matin (9h30-12h30)

  • Jean BOUTIER (École des Hautes Études en Sciences Sociales-Marseille)

Réflexions pour une cartographie des réseaux savants : qu’est-ce qu’un lieu intellectuel ?

  • Stéphane BLOND (Université d’Évry-Val d’Essonne)

État des liens du réseau routier européen à la fin de la période moderne. La Carte générale des postes de l’Europe par John Rocque (1752-1781)

  • Catherine DELANO-SMITH (University of London)

Itinerary or map ? Aids for land travellers from the Middle Ages to modern times

Après-midi (14h00-17h00)

  • Gilles BANCAREL (Société d’Étude Guillaume-Thomas Raynal)

L’Histoire philosophique des Deux-Indes de Raynal : cartographier le réseau

  • Anne BRETAGNOLLE (Université Paris I-Panthéon Sorbonne)

Formaliser la structure et la dynamique d’un réseau historique: les routes de poste en France (1632-1833).

  • Débat ouvert

Quel atlas pour Citere ? Réflexion collective sur un projet cartographique collectif. Discussion autour de l’ouvrage d’Ilaria Porciani et Lutz Raphael : Atlas of European Historiography, New York, Macmillan, 2011.

VENDREDI 13 MAI 2011

9h00-17h00

Réunion de travail du projet CITERE sur les dossiers thématiques

de l’ouvrage collectif et leur volet cartographique.

Pour toute information : jean.boutier@univmed.fr ou stephblond@aol.com

Compte rendu de la réunion de travail du projet ANR CITERE, ENS de Lyon, vendredi 10 décembre 2010

 

Compte rendu de la réunion de travail du projet ANR CITERE

Circulations, territoires et réseaux

en Europe de l’âge classique aux Lumières

Ecole Normale Supérieure de Lyon

vendredi 10 décembre 2010

 

Partenaire 1 : Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, EA 1193, Université de Nice Sophia-Antipolis (Pierre-Yves Beaurepaire, coordinateur)

Partenaire 2 : Centre Norbert Elias, UMR 8562, EHESS CNRS Marseille (Jean Boutier)

Partenaire 3 : Centre Alexandre Koyré d’Histoire des Sciences et des Techniques UMR 8560 EHESS-CNRS-Muséum National d’Histoire Naturelle-Cité des Sciences et de l’industrie (La Villette) Paris (Jeanne Peiffer et Jean-Pierre Vittu)

Partenaire 4 : Institut d’histoire de la Pensée classique, UMR 5037 ENS Lettres et Sciences Humaines Lyon, Université Jean-Monnet Saint-Etienne (Antony McKenna)

Etaient présents :

Anne Baillot, Pierre-Yves Beaurepaire (coordinateur du projet et responsable de l’équipe 1), Stéphane Blond, Jean Boutier (responsable de l’équipe 2), Andrea Bruschi, Florence Catherine, Alain Cantillon, Emmanuelle Chapron, Muriel Collart, Daniel Droixhe, Ahmad Fliti, Héloïse Hermant, Kenneth Loiselle, Antony McKenna (responsable équipe 4), Gilles Montègre, David Rousseau, Anne Saada, Geraldine Sheridan, Fabienne Vial-Bonacci, Charlotta Wolff.

Après avoir participé au séminaire Entrer en communication 2, les membres du projet CITERE se sont réunis le vendredi 10 décembre 2010 à l’ENS de Lyon  à partir de 09h30 pour faire le point sur le travail de chacune des équipes partenaires et programmer la préparation des productions collectives prévues au terme du projet. Les membres de l’équipe sont heureux d’accueillir deux représentants du Groupe d’étude du dix-huitième siècle de l’Université de Liège, dont les dix-huitiémistes connaissent le remarquable site internet (http://www.gedhs.ulg.ac.be/), le Professeur Daniel Droixhe, Membre de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique et Mme Muriel Collart qui ont activement participé aux échanges.

Pierre-Yves Beaurepaire propose d’organiser la journée en trois temps : tout d’abord une présentation équipe par équipe de l’état d’avancement du projet et des objectifs que chaque équipe partenaire s’est donnée, avant une réflexion collective sur les productions collectives : livre et atlas à mettre en chantier, et in fine l’adoption d’un calendrier avec attribution des responsabilités de coordination et d’animation.

La présentation de l’état d’avancement des travaux de chaque équipe débute par celle que coordonne Jean Boutier à Marseille. L’équipe 2 a travaillé d’une part sur les correspondances savantes et d’autre part sur la reconstitution de la bibliothèque de Baluze. L’étude des correspondances est pour l’heure essentiellement centrée sur des corpus italiens (plusieurs florentins, mais aussi des lombards comme Volta ou Spallanzani, ou des romains), très souvent négligés dans les études sur la communication savante, et  appréhendés à partir d’une période témoin : la décennie 1770. Les correspondances britanniques, principalement écossaises (David Hume,  Adam Smith, William Hunter) sont également considérées et mettent en évidence un monde britannique fortement interconnecté. Compte tenu des massifs épistolaires auxquels elle s’attaque, l’enquête ne s’est pas donné comme objectif premier d’étudier systématiquement le contenu des échanges épistolaires. Elle a privilégié l’étude des liens épistolaires : la vingtaine de corpus actuellement analysés comprennent  environ 2000 correspondants,  dont seulement 90 sont présents dans au moins deux corpus. En étudiant les interconnexions fortes et faibles, l’équipe a notamment remarqué que les intermédiaires ne sont pas nécessairement ceux que l’on attendait. Pour éviter les effets de sources, les membres de l’équipe souhaitent élargir leur horizon notamment du côté des correspondances françaises, où grâce à Irène Passeron, celle de d’Alembert est déjà à leur disposition. Les correspondances du naturaliste suédois Carl von Linné et de l’américain Benjamin Franklin sont également en train d’être insérées. Un deuxième volet des recherches auxquelles se livre l’équipe 2 concerne la reconstitution de la bibliothèque d’Etienne Baluze, professeur au Collège royal et bibliothécaire de Colbert. Il s’agit d’une bibliothèque entièrement constituée par ses soins et forte de 12 000 volumes. 500 d’entre eux ont d’ores et déjà été localisés entre Europe et Amérique du Nord principalement. L’étude des marginalia permet d’éclairer le travail érudit de Baluze. L’équipe se propose d’organiser une journée d’études sur l’utilisation des ouvrages dans le cadre du travail érudit et d’inventorier les sites internet de son champ d’investigation au sein du projet CITERE.

Antony McKenna présente ensuite l’état d’avancement des travaux de l’équipe 4 qu’il coordonne. L’édition de la correspondance de Pierre Bayle publiée par la Voltaire Foundation à Oxford va bon train. Un huitième et fort volume de 808 pages est paru et les quatre derniers sont en préparation. La mise en ligne de la correspondance entre dans sa phase terminale. L’équipe a choisi une plate-forme SPIP (largement utilisée par les informaticiens du CNRS) en essayant de garder le maximum des fonctions d’Arcane sous lequel la correspondance de Bayle est travaillée. Une bibliographie des travaux sur Pierre Bayle est en chantier de même qu’un inventaire des différents périodiques dirigés par les participants au réseau de Bayle : Pierre Bayle lui-même bien sûr, mais aussi notamment Jean Le Clerc ou Jacques Basnage de Beauval. L’équipe s’intéresse aux ouvrages recensés dans les périodiques en question. Sur le plan des manuscrits clandestins qui constituent l’un des centres d’intérêt de l’équipe, une base de données est également en préparation.

L’équipe 3 dirigée par Jeanne Peiffer et Jean-Pierre Vittu était représentée lors du précédent séminaire Entrer en communication en mai 2010 à Nice par Charles-Henri Depezay. Le coordinateur du projet prendra contact avec ses responsables pour faire le point sur l’avancée de leurs travaux et leur communiquer le présent compte rendu. Parmi les chercheurs présents, Geraldine Sheridan et Daniel Droixhe sont très intéressés à tisser des liens avec l’équipe qui consacre ses recherches aux périodiques savants.

Pierre-Yves Beaurepaire présente les travaux de l’équipe 1 qu’il anime. A Paris, Antoine Lilti et Céline Spector animent le séminaire « Penser l’Europe » qui rencontre un réel succès et ont organisé le 11 décembre 2009 sous la présidence de Daniel Roche une journée d’étude sur le sujet. Le séminaire « Entrer en communication » coordonné par Héloïse Hermant et Pierre-Yves Beaurepaire a été l’occasion de présenter une quinzaine d’études de cas et surtout d’échanges particulièrement riches car les participants ont fait l’effort d’envoyer avant la tenue des séances leurs textes. Le séminaire ayant son unité propre, il est décidé qu’il donnerait naissance à un ouvrage propre qui bénéficierait de la discussion collective des textes déjà discutés à Nice (mai 2010) puis à Lyon (décembre 2010). Kenneth Loiselle suggère une possible publication dans la revue Historical Reflections qui publie des special issues de grande qualité.

La base des francs-maçons du XVIIIe siècle sous Filemaker Pro compte déjà plus de 8000 entrées qui articulent données maçonniques et profanes. Un guide de l’utilisateur a été rédigé pour permettre à tous ceux qui veulent l’enrichir de se l’approprier rapidement. Les cas sélectionnés pour les reconstitutions d’itinéraires à travers l’Europe ont donné lieu à  de nombreux dépouillements dans les archives berlinoises (Staatsbibliothek zu Berlin), hollandaises (Bibliothèque universitaire de Leyde) et polonaises (Cracovie) qui vont être poursuivis pendant l’année 2011. Des essais de cartographie des réseaux maçonniques ont été faits. La parution le 2 décembre 2010 aux Presses Universitaires de Rennes d’un volume collectif sur Les Circulations internationales en Europe années 1680-années 1780 réunissant 37 contributeurs (504 pages), dont une majorité de membres du projet, a été l’occasion de faire connaître à un public élargi les travaux des équipes du projet.

Après une pause, débute le deuxième temps de la journée avec une stimulante discussion collective autour des productions du projet. Un accord unanime s’établit autour de la nécessité de ne pas séparer l’atlas de l’ouvrage collectif dont on rappelle alors qu’il réfléchira sur le « procès de civilisation » à l’aune du travail mené par les équipes partenaires et privilégiera les études de cas. Stéphane Blond, auteur d’une remarquable thèse de doctorat sur les atlas de Trudaine, accepte la responsabilité du volet cartographique du projet. En partenariat avec le porteur de projet et Jean Boutier, il s’appuiera sur les compétences de l’ensemble des équipes. Il est décidé que chaque membre du projet fera remonter des exemples de cartes qu’il a réalisées –indépendamment des supports, outils et qualités des réalisations- ou aimerait réaliser, et précisera les besoins cartographiques pointés lors de ses recherches au sein de CITERE.

Daniel Droixhe et Alain Cantillon font très justement remarquer que tout n’est pas cartographiable et que dans certains aspects du projet, la cartographie n’apporte pas de valeur ajoutée. Chacun en convient. Daniel Droixhe donne comme exemple d’une cartographie fine celle des stations météorologiques constituées en réseau autour du centre de Mannheim. Il évoque la possibilité de suivre dans le temps l’activité du réseau et l’intensité des échanges. Stéphane Blond indique que les possibilités techniques existent. Une discussion animée s’engage autour de la pertinence des réalisations cartographiques de Exploring Correspondence and Intellectual Community in the Early Modern Period (1500-1800) menées à Stanford dans le sillage du projet de Super Enlightenment. Il est décidé que la réunion se terminera par une présentation de cartes réalisées par Stéphane Blond afin de montrer à l’ensemble des partenaires présents les potentialités de l’outil cartographique.

Les participants abordent alors la réflexion sur l’ouvrage collectif CITERE dont le titre définitif reste encore à adopter. Geraldine Sheridan propose d’y travailler et de faire des propositions aux membres du projet. On débat d’abord du texte qui fera l’état des lieux de la question et montrera les apports de CITERE à la compréhension du « procès de civilisation ». Jean Boutier insiste sur la nécessité de mettre à profit ce texte pour donner la plus grande visibilité possible au projet. Pierre-Yves Beaurepaire propose aux présents de confier la coordination de ce texte à la fois introductif et fortement problématisé à Jean Boutier à qui il s’associera comme porteur du projet, ce qui est accepté. S’engagent alors des échanges autour d’une série de propositions faites par les participants. Elles ne visent pas à donner le sommaire définitif du volume mais un canevas et un ordre de marche à l’ensemble du projet. Chacun insiste sur la nécessité d’un ou deux coordinateurs pour chacun des dossiers dont le principe est arrêté.

Il est bien entendu que les thèmes listés ci-après sont provisoires et visent à cerner les orientations des dossiers. Sur une question de Charlotta Wolff, le principe de l’appel par les coordinateurs à des auteurs extérieurs au projet est adopté. CITERE a été dès l’origine pensé comme un projet ouvert et fédérateur, et a agrégé en permanence de nouveaux partenaires, il est important qu’il reste fidèle à cette philosophie de la recherche. Chaque membre du projet est par ailleurs libre de contribuer à tout dossier qui l’intéresse en sollicitant directement les coordinateurs de chaque dossier. Le volume CITERE est un volume collectif et la dimension d’écriture collective et de discussion collective des textes au fur et à mesure de leur élaboration doit être la marque de fabrique de l’ouvrage.

Chacun s’accorde aussi sur l’articulation fine,  au sein de ceux des dossiers qui comporteront un volet cartographique, entre les textes et les cartes et sur le principe de réaliser autant de cartes que de nécessaire pour mener à bien l’étude de cas visée. Des schémas pourront également être intégrés lorsqu’ils s’avèreront pertinents et plus largement tout traitement graphique utile. La dimension expérimentale, la volonté de tester des hypothèses en termes de « Circulations, territoires et réseaux », de confronter les interrogations disciplinaires entre littéraires, historiens, philosophes, historiens des sciences feront l’originalité de l’ouvrage.

Ces propositions sont restituées dans l’ordre où elles ont faites. Elles sont non-limitatives. Il est bien entendu que chaque membre du projet qui n’a pu assister aux journées de Lyon pourra faire d’autres propositions que le porteur de projet se chargera de diffuser au sein des équipes partenaires.

  • Anne Saada propose un dossier consacré à la transformation du statut du savoir par sa circulation. Daniel Droixhe qui  insiste sur les objets mis en circulation coordonnera ce dossier avec elle.
  • Gilles Montègre coordonnera un dossier sur les formes d’auto-représentation de la communication auquel Alain Cantillon, Héloïse Hermant et Ken Loiselle souhaitent s’associer.
  • Héloïse Hermant et Pierre-Yves Beaurepaire coordonneront un dossier sur les dispositifs de communication. Une attention toute particulière sera portée aux acteurs, aux obstacles comme aux enjeux de publicité. Anne Saada et Matthieu Gellard manifestent leur souhait de participer à ce dossier. Alain Cantillon insiste sur la polémique et les dispositifs de communication qu’elle suscite. Il est proposé qu’il coordonne ce volet de l’étude des dispositifs avec Héloïse Hermant.
  • Charlotta Wolff coordonnera avec Kenneth Loiselle un dossier sur l’expérience de partage, y compris dans sa dimension affective.
  • Antony McKenna et Jean Boutier coordonneront un dossier sur l’enchevêtrement des réseaux pour lequel Anne Baillot, Pierre-Yves Beaurepaire, Florence Catherine et David Rousseau manifestent leur intérêt à partir de leurs terrains respectifs.
  • Geraldine Sheridan se propose de coordonner avec Daniel Droixhe et en relation avec l’équipe dirigée par Jeanne Peiffer et Jean Pierre-Vittu un dossier sur langues et traductions.
  • Stéphane Blond coordonnera outre le dispositif cartographique de l’ensemble de l’ouvrage un dossier sur les routes de postes, l’impact des réseaux routiers et commerciaux
  • Anne Saada et Emmanuelle Chapron coordonneront en association avec Gilles Montègre et Jean Boutier un dossier autour des bibliothèques comme carrefour de communication. A l’occasion des échanges autour de ce dossier, Emmanuelle Chapron fait remarquer que l’un des points d’articulations entre les différentes équipes, les corpus et les terrains des chercheurs présents est précisément le livre et le livre en circulation. Ce dossier est donc d’un intérêt tout particulier.
  • Il est proposé de confier la coordination d’un dossier sur Penser l’Europe à Antoine Lilti et Céline Spector. Stéphane Blond qui se prépare à partir pour un fellowship à Londres en histoire de la cartographie se propose de participer sous cet angle à la rédaction de ce dossier.
  • Geraldine Sheridan et Fabienne Vial coordonneront un dossier sur la clandestinité et ses enjeux en termes de circulations, territoires et réseaux.

Jean Boutier propose d’organiser à Marseille au Centre Norbert Elias une journée sur la cartographie où les aspects méthodologiques tiendront une large part. Elle aura lieu le 12 mai 2011 et sera suivie le 13 mai d’une nouvelle réunion du projet. Il est convenu que chaque équipe prendra en charge les frais de déplacement et d’hébergement de ses membres. L’équipe 1 localisée au CMMC à Nice prendra en outre en charge les frais des chercheurs invités qui n’étaient pas membres initialement du projet déposé auprès de l’ANR mais qui l’ont rejoint depuis, lorsqu’ils ne pourront pas être pris en charge par leurs laboratoires de rattachement.

Il est rappelé que chacun s’engage à faire parvenir par mail à Stéphane Blond Stephblond@aol.com avec copie à citere@unice.fr dans les prochaines semaines des exemples de réalisation cartographique commentés avec besoins, attentes, critiques, problèmes, etc. afin de réaliser un dossier sur lequel le projet pourra discuter des options à privilégier et des attentes de ses membres.

Les coordinateurs sont chargés de lancer un appel à proposition pour le dossier qu’ils ont en charge. Chaque dossier fera l’objet d’une présentation de son état d’avancement et des orientations adoptées lors de la journée de travail dédiée au volume collectif le 13 mai 2011.

Le porteur de projet sollicitera l’ANR comme prévu dans son dispositif pour que CITERE bénéficie d’une année supplémentaire pour mener à bien l’ensemble de ses chantiers. Le respect collectif et individuel du calendrier et des étapes abordés devrait permettre de terminer le projet sans difficulté d’ici fin 2012.

Après avoir assisté à la projection de réalisations cartographiques par Stéphane Blond, la réunion s’achève à 17h. L’ensemble des participants adresse de chaleureux remerciements à Antony McKenna pour sa chaleureuse et savante hospitalité.

Prochaine réunion de travail du projet : 13 mai 2011 à Marseille.

Séminaire CITERE, Marseille, 12-13 mai 2011: « Cartographier le procès de communication »

L’étude du procès de communication dans l’Europe moderne suppose la mise en œuvre d’analyses spatiales. Ces deux journées du programme CITERE se proposent d’examiner d’une part les productions cartographiques anciennes qui peuvent contribuer à cette étude (reprise, en particulier, des études sur les cartes des réseaux de poste et sur les cartes routières), d’autre part les outils dont dispose actuellement  la cartographie pour mettre en évidence le procès de communication (l’accent sera mis sur la capacité à rendre compte des formes dynamiques).

Le séminaire aura lieu les 12 et 13 mai 2011 au pôle régional  de Marseille de l’EHESS (Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille)

Le programme des deux journées sera communiqué en mars 2011.

Séminaire Entrer en circulation 2

Programme ANR CITERE

Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières/Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks

Ecole normale supérieure LSHS,

Lyon 9 et 10 décembre 2010


 

9 décembre 2010

Séminaire Entrer en communication (2)

9h Ouverture par Antony McKenna et présentation par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

9h30 DE VIVO Filippo,  University of London, School of Social Sciences, History and Philosophy, ‘First News, Then Spin? The Impact of Information (Lepanto, 1571; Lesina 1617)’

10h30 CANTILLON Alain, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle, « Entrer en controverse métaphysique en 1686, Leibniz, Arnauld, et le Prince Ernest »

11h30 BOUTIER Jean, EHESS Marseille-Centre Norbert Elias, « Leibniz et Baluze : l’impossible entrée en communication (1672-1718) »

Déjeuner

14h BAILLOT Anne, Humboldt Universität, « Louis de Beausobre, entre cour et Académie. La correspondance d’un intellectuel francophone en Prusse au XVIIIème siècle »

15h BEAUREPAIRE Pierre-Yves, Université de Nice-Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France, « Un maillon des circulations européennes du XVIIIe siècle, Jacques Pérard, pasteur du Refuge, journaliste, académicien et franc-maçon »

16h SHERIDAN Geraldine, Limerick University, « La circulation européenne de l’Essai de métaphysique de Boulainvilliers »

17h MONTEGRE Gilles, Université Pierre Mendes France, Grenoble, « Le voyage comme vecteur privilégié de l’entrée en communication à l’époque des Lumières : les correspondants de François de Paule Latapie (1739-1823) »

18h LOISELLE Kenneth, Trinity University, Austin (Tx), “To Enter into Communication is to Uphold a Friendship :  Affectivity and the Communication of Knowledge between Dominique Chaix and Dominique Villars, 1772-1799” (Entrer en communication c’est entretenir une amitié. L’affectivité et la communication du savoir entre Dominique Chaix et Dominique Villars, 1772-1799)

Chaque communication, d’une durée maximale de 35 minutes, est suivie d’une discussion de 25 minutes.

 

10 décembre 2010

9h30-16h30

Réunion de travail autour de l’ouvrage collectif et de l’atlas CITERE

programme du séminaire Entrer en communication (1), Nice, 21 mai 2010


Entrer en communication (1)

Séminaire ANR CITERE
Circulations, Territoires et Réseaux en Europe
de l’Age classique aux Lumières

Nice, 21 mai 2010, Campus Carlone, Bâtiment H, 3e étage

Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

Organisateurs :
Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

citere@unice.fr

8h45—9h00 Accueil des participants

9h00—9h15 Présentation du séminaire par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

Entrer en communication… par la construction d’un réseau

9h15—9h55 Héloïse Hermant (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC), « De l’information à la mobilisation: lettres, libelles, réseaux dans la lutte de don Juan José de Austria contre le valido Nithard (1668-1669) »

10h15—10h55 Marie-Laure Acquier (Université de Nice-Sophia Antipolis, CIRCPLES), « Stratégies d’écriture, stratégies de communication, « postures » d’auteur (e), chez María Luisa de Padilla, comtesse d’Aranda (sur la Nobleza virtuosa, 1637)

11h15—11h55 Charles-Henry Depezay (Université d’Orléans), « Une entrée en communication illustrant les différentes dimensions de l’Aufklärung : Georg Christian Crollius et l’Académie des Sciences de Mannheim »

12h15—12h55 Stéphane Blond (Université d’Évry-Val d’Essonne, Laboratoire d’Histoire économique, sociale et des techniques), « La structure du réseau routier français au XVIIIe siècle »

21 mai 2010, CMMC, Bâtiment H, 3e étage

Entrer en communication… par l’appropriation ou l’inclusion dans un réseau

14h30—15h05 Matthieu Gellard (Université de Paris IV Sorbonne, Centre Roland Mousnier), « Catherine de Médicis, régente en décembre 1560. Entrée en communication et mise en place d’un système épistolaire »

15h30—16h05 Florence Catherine (Université de Nancy & EA 3400 Université de Strasbourg) « “Je n’oserois vous demander, Monsieur, une correspondance” : règles et usages de l’entrée en communication avec Albrecht von Haller »

16h30—17h05 David Rousseau (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC), « De l’érudit local au savant reconnu : entrer en communication avec Louis Gérard pour les érudits provençaux »

17h30—18h05 Luigi Spotti (Università degli Studi di Milano), « La maison de campagne des frères Luigi Ottavio et Giuseppe Picenardi une “zone franche” pour les intellectuels dans la Lombardie du XVIIIe siècle »

18h30—18h45 Ouverture

Chaque communication est suivie de vingt minutes de discussion.

affiche du séminaire ANR CITERE Entrer en communication

programme Entrée en communication 21 mai 2010