Activités de l’Equipe « Correspondances savantes »: comptes rendus des séminaires et réunions du groupe

Séminaire de l’équipe « Correspondances savantes »

Séminaire du mercredi 31 mars 2010, EHESS, salle 241, 9h-13h

Compte rendu en cours d’élaboration

Séminaire du mercredi 16 juin 2010, EHESS, salle 241, 9h- 13h

1.  Un premier tour d’horizon a concerné les diverses activités depuis la précédente réunion (mercredi 31 mars 2010, EHESS), concernant  notamment  la dernière séance du séminaire « Réseaux sociaux » (Pascal Cristofoli, Stéphane Baciochi, EHESS),  le 3 juin ; le séminaire CITERE à Nice, le 21 mai ; le recrutement d’un assistant de recherche pour préparer un certain nombre de bases de données concernant plusieurs grosses correspondances, dans les années 1770.

2. Quatre ensembles de correspondance pour les années 1770-1779 (inventaire  sommaire réalisé sur tableur Excel) ont été présentés et discutés en séance :

– par Jean Boutier

correspondance passive de Marco Lastri (fonds conservé à Florence, Biblioteca Riccardiana) : corpus très restreint (54 lettres, toutes provenant d’Italie centrale, entre Venise et Naples ; présence d’une correspondance institutionnelle avec des académies d’agriculture d’Italie du nord, en liaison avec la position de secrétaire de Lastri à l’académie des Georgofili de Florence)

correspondance d’Alessandro Volta : dépouillement de l’Epistolario, vol. I (edizione nazionale delle opere di Volta, 1949) :  312 lettres pour les années 1770-79 ; réelle ouverture internationale (France, Angleterre, Suisse..)

correspondance du père Leonardo Ximenes, d’après l’inventaire du fonds Ximenes de la Biblioteca nazionale centrale de Florence (Carlo Triarico, « La corrispondanza di Leonardo Ximenes. Inventario delle filze del carteggio conservate nel fondo nazionale della Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze », Nuncius, XIII, 1998, p. 209-246) : environ 300 lettres, quasi totalement d’origine italienne

– par Emmanuelle Chapron :

correspondance de Giovanni Targioni Tozzetti : 489 lettres, dont 90% reçue par TT et 11 lettres non-italiennes, conservées dans le fonds Targioni Tozzetti de la Biblioteca nazionale Centrale de Florence (Tiziano Arrigoni, « Inventario del carteggio di Giovanni Targioni Tozzetti, » Nuncius, I, 1986, pp. 59-139)

correspondance d’Angelo Maria Bandini : conservée à la Biblioteca Marucelliana de Florence ; correspondance considérable (2523 lettres reçues pour la seule décennie 1770), dont une centaine non-italiennes, et 40% expédiées depuis Rome ; inventaire à affiner

correspondance de Giuseppe Pelli Bencivenni : encore plus considérable que la précédente (3051 lettres reçues et envoyées), conservée intégralement à l’Archivio di Stato de Florence (Lettere a G. Pelli Bencivenni, 1747-1808. Inventario e documenti, a c. di Maria Augusta Timpanaro Morelli, Roma 1976 )

– par Gilles Montègre

GM présente l’inventaire en cours de trois correspondances actuellement mal connues, dont il a commencé à réunir les divers éléments, tant dans la littérature disponible que par inventaire direct sur fonds existants ; il s’agit des correspondances de François Paul de Latapie, naturaliste bordelais qui accomplit un long voyage en Italie et constitue un groupe de correspondants particulièrement actifs dans la péninsule ; du père F. Jacquiet, anti-jésuite convaincu doté d’un large réseau européen  de correspondants ;  du jésuite astronome Ruggiero Giuseppe Boscovich (1711-1787), dalmate longtemps en résidence à Paris, membre de nombreuses académies et au cœur de l’astronomie européenne ; ces deux derniers personnages permettent de saisir certains clivages intellectuels majeurs du second XVIIIe siècle, de les cartographier et de mesurer leur impact sur les processus de communication savante

– par Anne Saada

AS présente une exploration large des ressources qu’offrent les correspondances allemandes éditées pour les années 1770, dans l’intention d’évaluer leur ampleur, leur cohérence et leur éventuelle représentativité.  Elle présente sous ces différents aspects les correspondances éditées de Goethe, Herder, Lessing et Justus Möser ; elle présente surtout  les approches, très voisines de nos préoccupations, développées par l’équipe suisse du projet Haller, dont l’énorme correspondance (16981 lettres, selon l’inventaire en 2 vol. publié  à Bâle en 2002)  continue de faire l’objet d’analyses à l’échelle européenne, en interconnexion, notamment, avec les correspondances du naturaliste et botaniste britannique Sir Joseph Banks (1743-1820), de l’anatomiste et chirurgien allemand Joseph Heister (1683-1758), du naturaliste Carl Linné,  de J.-J. Rousseau et du médecin et un botaniste allemand Christoph Jakob Trew (1695-1769). Elle précise l’orientation de sa contribution à  l’équipe autour des correspondances institutionnelles à Göttingen (journal savant, académie).

3. Les prochaines échéances sont les suivantes pour l’équipe :

Vendredi 1er octobre 2010 : séance de travail sur le traitement informatisé des inventaires de correspondances en cours de réalisation pour les années 1770-1779

Début décembre 2010 : séminaire CITERE à Lyon  (ensemble des quatre équipes)

Mi janvier 2011 : journée d’étude à Florence (Institut universitaire européen) sur les échanges savants entre Europe du « Sud » et Europe du « Nord » (en projet)

Séminaire du mercredi 20 octobre 2010, EHESS, 14h- 17h

 

Stéphane Baciocchi (EHESS) a présenté un certain nombre de réflexions, à partir desquelles s’est développée la discussion.

1. Il est essentiel d’accompagner chaque base de données d’une note critique sur les sources utilisées (ainsi, par ailleurs, que d’un journal d’enquête), permettant de différencier les correspondances « conservées » (correspondant à un fonds de correspondance passive, dont il faut malgré tout interroger les modalités de constitution et de conservation) et « reconstituées » (par exemple pour les grandes éditions nationales, selon des méthodes de prospection dans les fonds d’archives et de bibliothèques qui ont pu, selon les cas, renforcer la perspective nationale de la correspondance ou, au contraire, privilégier certains échanges étrangers) ; correspondances « exhaustives » (incluant lettres domestiques) et « triées » (selon un critère savant) ; enfin correspondances  pour lesquelles la correspondance active est plus nombreuse / moins nombreuse / sensiblement égale en volume à la correspondance passive.

à On se propose ainsi d’accompagner le travail sur les correspondances, d’une cartographie des fonds de correspondance conservés en Europe (au moins celles qui ont servi au présent travail).

2. Une approche possible est de considérer les correspondances comme des réseaux d’activité, ceux d’individus qui travaillent ensemble (cf. travaux d’Anne Saada sur Göttingen). Si l’on veut creuser cette perspective, il est difficile de faire l’économie d’une lecture des lettres elles-mêmes (exemple d’une lettre de Burke à Smith, révélant un ensemble important d’individus mobilisés dans une action commune des deux correspondants). Il faut voir ce que les lettres, au-delà du moment de l’échange « cartographiable », disent de leurs modalités de circulation et d’utilisation, afin de reconstituer les sphères d’interconnaissance qui sous-tendent la possibilité de travailler ensemble.

En ce sens, on pourrait s’intéresser au nombre et à la géographie des correspondants plutôt qu’à ceux des lettres (le nombre des lettres étant un indicateur faible de leur importance pour l’économie de la correspondance et du travail savant). Cela suppose quelques aménagements dans les bases de données : S. Baciocchi suggère ainsi de modifier la catégorie « biographique » des tableurs en préférant une caractérisation des motifs de la correspondance (renseignement bibliographique, demande d’argent, etc.), de manière assez fine, ce qui aboutirait dans un second temps à une typologie des interactions entre les individus. On pourrait ainsi mettre en évidence des individus ou institutions qui servent de « bureaux de correspondance », auxquels on s’adresse de manière préférentielle pour accéder à une ressource ou entrer en correspondance avec quelqu’un (académies, rédacteurs de périodiques, bibliothécaires, selon le domaine envisagé ou selon la période ?).

Dans le même sens, d’autres suggestions sont faites pour améliorer les bases :

– préciser les dates de naissance pour identifier les différentes générations présentes dans les années 1770-1779, facteur à prendre en compte pour expliquer le recoupement (ou non) de certaines correspondances. Il serait également possible, à partir de cette information, de saisir les phénomènes de « transmission » ou d’« héritage » (selon le point de vue) d’une correspondance, qu’on observe généralement dans la durée, à l’échelle d’une vie, mais qui pourraient se manifester dans la tranche observée.

– préciser (quand c’est possible) la date d’entrée en correspondance des deux individus.

3. Pistes pour l’incrémentation du corpus. Afin de tirer le meilleur parti de l’originalité d’un projet consistant à croiser les correspondances, au-delà des classiques approches monographiques ou comparées, il faut travailler sur les connexions entre les correspondances (pour le moment, 91 des 1600 individus figurent dans plusieurs des correspondances). Ainsi, pour la France (grande absente de la masse de données pour le moment rassemblées), la perspective envisagée est de se focaliser sur les noms français qui figurent dans les bases déjà constituées, et de rechercher leur propre correspondance (en utilisant, notamment, les index des grandes éditions de correspondance, Haller, Voltaire, etc., ainsi que – sous réserve de l’accord de l’intéressé – les fichiers de Daniel Roche sur les académiciens de province).

Dans la même perspective, on se propose de reprendre les correspondances déjà saisies pour rechercher la correspondance des « étrangers », afin de reconstituer des chaînes de correspondance et d’identifier les « correspondances relais » qui rendent possibles les « grandes » correspondances. En pratique, chacun devrait reprendre « ses » correspondances et pousser l’analyse, en utilisant les ressources du groupe (Anne pour les correspondants allemands, par exemple).

(compte rendu par Emmanuelle Chapron)