‘French Book Trade in Enlightenment Europe’ (FBTEE) database project

http://fbtee.uws.edu.au/main/

Dirigé par Simon Burrows, le projet de base de données et de cartographie du commerce du livre français dans l’Europe des Lumières a fait l’objet de vifs échanges notamment avec Robert Darnton. Alors que deux ouvrages de Robert Darnton viennent de paraître chez Gallimard (L’Affaire des Quatorze, Poésie, police et réseaux de communication à Paris au XVIIIe siècle, Collection NRF Essais, Gallimard Paris, 2014 et  De la censure. Essai d’histoire comparée, trad. de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Sené, Collection NRF Essais, Gallimard Paris, 2014), il peut être intéressant de revenir sur les enjeux de l’exploitation des archives de la Société Typographique de Neuchâtel en parcourant le site du FBTEE. La navigation (comme le téléchargement) dans la base de données est possible et son apprentissage facilité par des tutoriels.

Capture d’écran 2014-10-20 à 14.47.03

 

 

Comment « Cartographier la communication savante »? Quelques réflexions sur le projet du Stanford Humanities Center

« Mapping the Republic of Letters » : présentation et discussion

Dirigé par Dan Edelstein et Paula Findlen (Stanford University), le projet est developpé avec le soutien du Stanford Humanities Center. Ses deux responsables le présentent de la façon suivante:

« Before research universities and disciplinary colloquia, scholars depended largely on correspondence networks for the dissemination and exchange of ideas. These informal communities, collectively known as the Republic of Letters, pose considerable challenges to the modern historian, as their contours blur and shift over time. With the help of advanced visualization techniques, this project is literally « mapping » the Republic of Letters, by plotting the geographic data for the senders and receivers of correspondences. These maps will allow researchers to perceive the larger patterns of intellectual exchange in the early-modern world and raise new questions about the importance of places, nations, and cities, in the circulation of knowledge. »

Le document suivant en propose une présentation plus détaillée : http://republicofletters.stanford.edu/

Sources

La cartographie que l’on peut actuellement consulter en ligne (http://toolingup.stanford.edu/rplviz/rplviz.swf) repose sur la mise en œuvre de deux corpus:

– l’ « Electronic Enlightenment », réalisé par l’université d’Oxford (http://www.e-enlightenment.com/info/index.html), propose un ensemble de 58 555 letters (à la date d’octobre 2010), échangées entre le début du XVIIe siècle et le milieu du XIXe sièclese

– un ensemble d’études de cas réalisés par les chercheurs de l’équipe: il s’agit actuellement des correspondances d’Athanasius Kircher,

Méthodes

Le cœur du projet réside dans la mise au point d’outils informatiques performant, permettant de proposer une cartographie dynamique des échanges de correspondanecs savantes entre 1629 et 1800.

Les objectifs poursuivis, et les outils mobilisés, font l’objet d’une présentation synthétioque, datent de l’été 2009, intitulée  « Visualizing the Republic of Letters », œuvre de Daniel Chang, Yuankai Ge, Shiwei Song, Nicole Coleman, Jon Christensen, et Jeffrey Heer (Stanford University)

Objectifs

La traduction comme dispositif(s) de communication, Paris, Centre Alexandre Koyré, 1er décembre 2011


La traduction comme dispositif(s) de communication

Journée d’étude du programme ANR CITERE

organisée par Jeanne Peiffer et Patrice Bret

 Centre Alexandre Koyré,

27 rue Damesme, 75013 Paris (M° Tolbiac), 1er décembre 2011, 9 h 30 – 18 h 30

            Quand elle n’a pas été négligée, voire occultée, la traduction a souvent été considérée soit en tant que vecteur de diffusion dans un espace linguistique autre, soit comme une altération du texte, négative (traduction-trahison) ou positive (enrichissement critique). Centrale dans la diffusion des savoirs – c’est-à-dire dans leur circulation et leur appropriation culturelle – elle doit être également envisagée par la matérialité de l’objet (le texte et son support), des protagonistes (auteurs, traducteurs, réviseurs, éditeurs…) et leurs outils (dictionnaires, manuels, …) et surtout par l’interaction matérielle de tous ces acteurs et de leurs contextes : expédition et circuits du texte, échanges épistolaires, voyages, dispositifs linguistiques (apprentissage de la langue, traitement du texte), etc.

Une approche matérielle de la traduction peut donc conduire à voir aussi celle-ci comme un dispositif de communication, ou même un ensemble de dispositifs de communication dans le temps et dans l’espace, où s’articulent les échelles (locale, nationale, internationale) et les appropriations intellectuelles (linguistiques, scientifiques, culturelles…), par exemple : en amont, les ressources linguistiques (maîtres de langue, dictionnaires…) et culturelles locales (sociétés savantes, éditeurs…) ou distantes (voyages, correspondances) ; dans et autour de l’acte traductif, les échanges sur le texte (procédures de validation du contenu, adaptation…), locaux (le traducteur et son milieu) et distants (correspondance avec auteur et autres) en aval, la préparation de la diffusion – annonce (presse), présentation orale (académie), présentation légale (censure ou privilège), édition (presse, librairie) – et les retours après publication (débats, correspondances, recensions, retraductions, éditions pirates) et même éventuellement, avant, pendant et après, la préparation d’un horizon d’attente qui tient en haleine le lecteur potentiel (annonce dans la correspondance et dans la presse).

 

Programme

 

9 h 30

Jeanne Peiffer (Centre Alexandre Koyré, Paris) Présentation de la journée

 

10 h 00

Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré, Paris) Localisation et circulation : la traduction d’un mémoire suédois et d’un livre saxon à Dijon

 

10 h 45

Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg) Naturaliser la « science des mines » : la traduction à la Maison des mines, 1794-1815

 

11 h 30 Discussion générale

12 h 00 Déjeuner sur place


13 h 30 Sabine Juratic (IHMC, Paris) Pratiques d’édition et usages de la traduction en France au XVIIIe siècle : quelques questions

 

14 h 15 Ellen Moerman (interprète de conférence et traductrice assermentée, ANR HTLF) La face publique et la face secrète de la traduction des périodiques étrangers en France (première moitié du XVIIIe siècle)

 

15 h 00

Patrizia Delpiano (Faculté de sciences politiques, Turin) Censure et guerre des livres : l’antiphilosophie, de la France à l’Italie

 

15 h 45

Discussion générale

 

16 h 30 Pause café

17 h 00 Présentations complémentaires


19 h 30 Dîner

appel à collaboration en vue de l’édition scientifique de la correspondance de Jacques PERARD

Dans le cadre du programme de l’Agence nationale de la Recherche CITERE (Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières/ Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks http://citere.hypotheses.org/), nous cherchons à localiser, en vue de son édition critique, les fragments dispersés de la correspondance active et passive de Jacques Pérard (Paris, 1713- Stettin 1766), pasteur réformé, journaliste, homme du livre, académicien, franc-maçon.  Correspondant de Jean Henry Samuel Formey, de Prosper Marchand et d’Albrecht von Haller, parmi beaucoup d’autres, gendre de Pierre Claris de Florian, Pérard a de solides attaches familiales en Saxe électorale. Pasteur à Gramzow, puis à l’Eglise française réformée de Stettin où il devient chapelain de la cour de Prusse, Pérard commente avec une grande précision les promotions et les déboires des ministres du Saint-Evangile attachés aux différentes Eglises françaises du royaume de Prusse. Collaborateur du Journal littéraire d’Allemagne et de la Nouvelle bibliothèque germanique, il assure une véritable veille culturelle pour les périodiques européens de langue française. Membre des académies de Berlin, Saint-Pétersbourg, Stockholm, de Bologne, des Alétophiles ou encore de La Rochelle, bibliophile passionné (le catalogue de la vente de sa bibliothèque et de son cabinet savant a été conservé), Pérard tient dans sa correspondance une chronique documentée de l’actualité littéraire et éditoriale  et conseille Formey comme le magnat polonais Jozef Andrzej Zaluski dans leurs achats de livres. Intermédiaire précieux entre les libraires imprimeurs des Provinces-Unies et les lecteurs de Prusse ou de Pologne, il se charge de l’acheminement de nombreuses caisses de livres. Il est enfin un des pionniers de la Franc-maçonnerie en Allemagne. Reçu franc-maçon à Leipzig en 1741, il devient l’un des piliers de la loge de la cour à Dresde essentielle dans la diffusion de la Franc-maçonnerie de Saxe en Pologne.  Les chercheurs intéressés par l’entreprise ou qui ont croisé Pérard dans leurs recherches sont chaleureusement invités à nous contacter : citere@unice.fr et pybeaurepaire@gmail.com

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia Antipolis et Institut Universitaire de France)

La correspondance de Pierre Bayle désormais accessible en ligne

L’édition électronique de la correspondance de Pierre Bayle est désormais en ligne à l’adresse: http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr

Ce site consacré à l’édition de la correspondance active et passive du philosophe Pierre Bayle offre le texte et l’apparat critique de 587 lettres (1662-juin 1686), ainsi qu’une vue numérisée des manuscrits.

Cette édition-web, extraite de la base de données 4 D « Arcane », a été réalisée avec le logiciel libre SPIP par les services informatiques de l’université Jean Monnet de Saint-Etienne.

L’édition individualise chaque lettre, numérotée de 1 à 587, et permet d’accéder à l’ensemble de la Correspondance par ordre chronologique. Les lettres suivantes seront intégrées progressivement jusqu’à inclure l’ensemble de la correspondance (environ 1600 lettres). Pour aller plus avant, de multiples modes de consultation et de recherche sont accessibles.

Il est possible de :

• rechercher librement un mot dans l’ensemble de la Correspondance (troncature possible)

• afficher les lettres échangées entre Bayle et un correspondant particulier

• afficher les lettres d’une année ou d’une période déterminée Un index des noms de personnes permet des renvois sur les occurrences des noms cités dans les lettres. Un glossaire propose des définitions des termes difficiles.

Des documents annexes ont été placés dans une partie Médiathèque du site :

• Portraits : portraits des principaux acteurs de la République des Lettres

• Lieux : vues des lieux où vécut Pierre Bayle • Ouvrages : page de titre de ses ouvrages

• Bibliothèque des écritures : échantillonnage des écritures des correspondants de Bayle • Vidéo : petits films consacrés à la vie du philosophe ou à l’édition de sa correspondance.

Par sa richesse, ce site offre un éclairage exceptionnel sur la vie intellectuelle au cœur de la République des Lettres.

MURATORIANA online (call for papers)

MURATORIANA online

online open access annual journal about muratorian studies, with scientific papers about Lodovico Antonio Muratori (1672-1750), his contribution to Republic of Letters, his correspondents & pen-friends, with texts & linked documents (letters, inscriptions, &c.), reviews & bibliographical comunications.

CALL FOR PAPERS:

Expiry date: papers (with any photos) for the first issue will be admitted not later than the end of september 2011.

First issue will be printed in pdf in website http://www.centrostudimuratoriani.it/ in december 2011.

Contact: http://www.centrostudimuratoriani.it/contatti/.

COLOPHON & EDITORIAL GUIDE LINES

Publisher: Centro di studi muratoriani, Modena, Italy

Editor: Fabio Marri

Scientific board: Fabio Marri, Ernesto Milano, Paola Di Pietro, Giordano Bertuzzi, Federica Missere, Director of State Archive in Modena, Director of Biblioteca Estense Universitaria, President of Deputazione di storia patria per le antiche Provincie modenesi, Alfredo Cottignoli, Daniela Gianaroli, Paolo Golinelli

Editorial staff: Paola Di Pietro, Daniela Gianaroli, Fabio Marri, Federica Missere

Editorial secretary, graphic & type-setting: Federica Missere

Contact: http://www.centrostudimuratoriani.it/contatti/.

Guide lines for Authors: http://www.centrostudimuratoriani.it/muratoriana-online/

_____________________________

Federica Missere Fontana

Librarian & Webmaster

Centro di studi muratoriani

Via Pomposa, 1

I – 41121 Modena Mo Italy

http://www.centrostudimuratoriani.it/

email: http://www.centrostudimuratoriani.it/contatti/

http://independent.academia.edu/Centrodistudimuratoriani

 

Journées CITERE : « Cartographier le procès de communication », Marseille, EHESS, 12-13 mai 2011

PROJET ANR CITERE

CARTOGRAPHIER LE PROCÈS DE COMMUNICATION

Journées organisées par  Stéphane Blond et Jean Boutier

Marseille 12-13 mai 2011

Accueil par l’UMR 8562 – Centre Norbert Elias – EHESS, Pôle régional de Marseille

Centre de la Vieille Charité – 2 rue de la Charité – 13002 MARSEILLE

3e étage, salle de réunion


JEUDI 12 MAI 2011

Matin (9h30-12h30)

  • Jean BOUTIER (École des Hautes Études en Sciences Sociales-Marseille)

Réflexions pour une cartographie des réseaux savants : qu’est-ce qu’un lieu intellectuel ?

  • Stéphane BLOND (Université d’Évry-Val d’Essonne)

État des liens du réseau routier européen à la fin de la période moderne. La Carte générale des postes de l’Europe par John Rocque (1752-1781)

  • Catherine DELANO-SMITH (University of London)

Itinerary or map ? Aids for land travellers from the Middle Ages to modern times

Après-midi (14h00-17h00)

  • Gilles BANCAREL (Société d’Étude Guillaume-Thomas Raynal)

L’Histoire philosophique des Deux-Indes de Raynal : cartographier le réseau

  • Anne BRETAGNOLLE (Université Paris I-Panthéon Sorbonne)

Formaliser la structure et la dynamique d’un réseau historique: les routes de poste en France (1632-1833).

  • Débat ouvert

Quel atlas pour Citere ? Réflexion collective sur un projet cartographique collectif. Discussion autour de l’ouvrage d’Ilaria Porciani et Lutz Raphael : Atlas of European Historiography, New York, Macmillan, 2011.

VENDREDI 13 MAI 2011

9h00-17h00

Réunion de travail du projet CITERE sur les dossiers thématiques

de l’ouvrage collectif et leur volet cartographique.

Pour toute information : jean.boutier@univmed.fr ou stephblond@aol.com