Séminaire CITERE, Marseille, 12-13 mai 2011: “Cartographier le procès de communication”

L’étude du procès de communication dans l’Europe moderne suppose la mise en œuvre d’analyses spatiales. Ces deux journées du programme CITERE se proposent d’examiner d’une part les productions cartographiques anciennes qui peuvent contribuer à cette étude (reprise, en particulier, des études sur les cartes des réseaux de poste et sur les cartes routières), d’autre part les outils dont dispose actuellement  la cartographie pour mettre en évidence le procès de communication (l’accent sera mis sur la capacité à rendre compte des formes dynamiques).

Le séminaire aura lieu les 12 et 13 mai 2011 au pôle régional  de Marseille de l’EHESS (Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille)

Le programme des deux journées sera communiqué en mars 2011.

Séminaire Entrer en circulation 2

Programme ANR CITERE

Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières/Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks

Ecole normale supérieure LSHS,

Lyon 9 et 10 décembre 2010


 

9 décembre 2010

Séminaire Entrer en communication (2)

9h Ouverture par Antony McKenna et présentation par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

9h30 DE VIVO Filippo,  University of London, School of Social Sciences, History and Philosophy, ‘First News, Then Spin? The Impact of Information (Lepanto, 1571; Lesina 1617)’

10h30 CANTILLON Alain, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle, « Entrer en controverse métaphysique en 1686, Leibniz, Arnauld, et le Prince Ernest »

11h30 BOUTIER Jean, EHESS Marseille-Centre Norbert Elias, « Leibniz et Baluze : l’impossible entrée en communication (1672-1718) »

Déjeuner

14h BAILLOT Anne, Humboldt Universität, « Louis de Beausobre, entre cour et Académie. La correspondance d’un intellectuel francophone en Prusse au XVIIIème siècle »

15h BEAUREPAIRE Pierre-Yves, Université de Nice-Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France, « Un maillon des circulations européennes du XVIIIe siècle, Jacques Pérard, pasteur du Refuge, journaliste, académicien et franc-maçon »

16h SHERIDAN Geraldine, Limerick University, « La circulation européenne de l’Essai de métaphysique de Boulainvilliers »

17h MONTEGRE Gilles, Université Pierre Mendes France, Grenoble, « Le voyage comme vecteur privilégié de l’entrée en communication à l’époque des Lumières : les correspondants de François de Paule Latapie (1739-1823) »

18h LOISELLE Kenneth, Trinity University, Austin (Tx), “To Enter into Communication is to Uphold a Friendship :  Affectivity and the Communication of Knowledge between Dominique Chaix and Dominique Villars, 1772-1799” (Entrer en communication c’est entretenir une amitié. L’affectivité et la communication du savoir entre Dominique Chaix et Dominique Villars, 1772-1799)

Chaque communication, d’une durée maximale de 35 minutes, est suivie d’une discussion de 25 minutes.

 

10 décembre 2010

9h30-16h30

Réunion de travail autour de l’ouvrage collectif et de l’atlas CITERE

Les corpus de l’équipe “correspondances savantes”

Depuis 2009, l’équipe travaille à construire un très large ensemble d’inventaires de corpus épistolaires pour les années 1770-1779, couvrant la France, le Royaume Uni, la péninsule italienne et l’espace impérial. Il devra être élargi au monde ibérique (européen et extra-européen) et à l’Europe oriental. Nous nous y employons.

Ont actuellement été enregistrés les inventaires, pour les années 1770-1779, d’une vingtaine de correspondances. Leur liste, provisoire, est donnée par lettre alphabétique:

  • Alfieri, Vittorio (Asti, 16 janvier 1749 — Florence, 8 octobre 1803)

Inventaire réalisé d’après Vittorio Alfieri, Epistolario, a cura di Lanfranco Caretti, vol. I, Casa d’Alfieri, Asti 1963, avec des compléments

  • Amaduzzi, Giovanni Cristofano (Savignano sul Rubiconte, 18 août 1740 – Rome, 21 janvier 1792)

Selon une enquête de l’Accademia dei Filopatridi (Savignano sur Rubiconte, Italie), en 1963, la correspondance d’Amaduzzi conservée à la bibliothèque de Savignano comprendrait 17 874 lettres.

  • Bandini, Angelo Maria (Florence, 25 septembre 1726 — Fiesole, 1803)

Inventaire de la correspondance passive, conservée à la Biblioteca Marucelliana, Florence; réalisé par Emmanuel Chapron

  • Beccaria, Cesare (Milan, 15 mars 1738 – 28 novembre 1794)

Inventaire établi d’après l’Edizione nazionale delle opere di Cesare Beccaria, diretta da Luigi Firpo e Gianni Francioni : Carteggio, a cura di Carlo Capra, Renato Pasta e Francesca Pino Pongolini, vol. IV : parte 1, 1994, 1758-1768, 742 p. ; vol. V, parte II, 1996, 1769-1794, 814 p.

  • D’Alembert, Jean Le Rond (Paris, 16 novembre 1717–29 octobre 1783)

Inventaire établi d’après Jean Le Rond d’Alembert. Inventaire analytique de la correspondance : 1741-1783 ; établi par Irène Passeron ; avec la collaboration de Anne-Marie Chouillet et Jean-Daniel Candaux, Paris, CNRS Edition, 2009.

  • Filangieri, Gaetano (San Sebastiano al Vesuvio, 22 août 1753 — Vico Equense, 21 juillet 1788)

Inventaire partiel d’après Eugenio Lo Sardo, Il mondo nuovo e le virtùu civili. L’epistolario di Gaetano Filangieri, Naples, Fridericiana Editrice Universitaria, 1999

  • Galiani, abbé Ferdinando (Chieti, 2 décembre 17128 – Naples, 30 octobre 1787)

Inventaire établi d’après les collections de la Biblioteca napoletana di Storia patria et des correspondances publiées

  • Hume, David (Edimbourg, 7 mai 1711-25 août 1776)

Inventaire établi d’après Letters of Eminent persons adressed to David Hume, from the papers bequeathed by his Nephew to the Royal Society of Edinburgh, Edinburgh-Londres, Blackwood, 1849; Burton, John Hill (ed.), Life and Correspondence of David Hume fro the Papers equeathed by his Nephew to the Royal Society of Edinburgh, and other original sources, Edinburgh, Tait, 1846, 2 vol.; J. H. T. Greigh (ed.), The Letters of David Hume, Oxford, Clarendon Press, 1932, 2 vol. ; Raymond Klibansky, Ernst C. Mossner (ed.),  New Letters of David Hume, Oxford, Clarendon Press, 1954

  • Hunter, Michael (Long Calderwood, 23 mai 1718 – Londres, 30 mars 1783)

Inventaire d’après The correspondence of Dr William Hunter, 1740-1783, edited by C. Helen Brock, Londres, Pickering & Chatto, 2008, 2 vol.

  • Lanzi, Luigi (Treia, 14 juin 1732–Florence, 31 mars 1810)

Inventaire du Carteggio  conservé à Macerata (manuscrits de la Biblioteca Ccomunale) et à   Florence (Archivio de la  Bibliothèque du Musée des Uffizi); réalisé par Emmanuelle Chapron

  • Lastri, Marco

Inventaire de la correspondance active de Lastri, conservée à la Biblioteca Moreniana de Florence

  • Latapie, François-de-Paule (1739-1823).

L’inventaire de la correspondance active et passive de Latapie est en cours d’élaboration par Gilles Montègre (Université Pierre Mendès France — Grenoble II)

  • Linné, Carl von (Rashult, 23 mai 1707 – Uppsala,  10 janvier 1778)

Inventaire d’après le site “Linné’s Correspondence”

  • Manni, Domenico Maria (Florence, 8 avril 1690 – 30 novembre 1788)

Inventaire du “carteggio” Manni conservé à la British Library, Add. Ms. 22 972

  • Paciaudi, Paolo Maria (Turin, 1710 – Parme, 1785)

Inventaire d’après Leonardo Farinelli, Paciaudi e i suoi corrispondenti, Parme, 1985

 

  • Pelli Bencinvenni, Giuseppe (Florence, 1729 – 31 juillet 1808)

Inventaire d’après Maria Augusta Timpanaro Morelli (éd.), Lettere a Giuseppe Pelli Bencivenni : 1747-1808 ; inventario e documenti Rome-Spolete,  Panetto e Petrelli, 1976 (inventaire du fonds conservé à l’Archivio di Stato de Florence).

  • Priestley, Joseph (Birstall, West Yorkshire, 13 mars 1733 – Northumberland, Pennsylvanie, 6 février 1804)

Inventaire partiel d’après Robert E. Schofield (ed.), A scientific Autobiography of Jospeh Priestley (1733-1804), Cambridge (Mas.), Londres, The MIT Press, 1966

  • Séguier, Jean-François (Nîmes, 25 novembre 1703 — 1er septembre 1784)

L’inventaire de la correspondance de Séguier est en cours d’élaboration, dans le cadre de l’Institut européen Séguier de Nîmes, sous la direction d’Emmanuelle Chapron (Université de Provence)

  • Smith, Adam (5 juin 1723— 17 juillet 1790)

Inventaire d’après Adam Smith, Correspondence, Oxford, 2e éd., 1987

  • Spallanzani, Lazzaro (Scandiano, 12 janvier 1729— Pavie, 11 février 1799)

Inventaire à partir des deux éditions de la correspondance de Spallanzini : Lazzaro Spallanzani, Epistolario, a cura di Benedetto Biagi, Florence, Sansoni antiquariato, 1958-1959;  Edizione nazionale delle opere di Lazzaro Spallanzani. Parte prima: carteggi, a cura di P. di Pietro, Mucchi, Modena 1984-1990, 12 vol.

  • Sterlich, Romualdo di (Chieti, 12 septembre 1712 – Chieti, 6 mars 1788)
  • Targioni Tozzetti, Giovanni

Inventaire publié par Tiziano Arrigoni, “Inventario del carteggio di Giovanni Targioni Tozzetti”, Nuncius, I, 1986,  p. 59-139.

  • Tiraboschi, Girolamo (Bergame, 18 décembre 1731—Modène, 9 juin 1794)

Inventaire réalisé par Andrea Bruschi à partir des lettres publiées

  • Volta, Alessandro (Côme, 18 février 1745 — Camnago Volta, 5 mars 1827)

D’après Alessandro Volta, Epistolario. Edizione nazionale, Milan, Hoepli, 1949-1955, 5 vol.

  • Ximenes, Leonardo (Trapani, 27 décembre 1716—Florence, 4 mai 1786)

Un inventaire d’une partie importante de la correspondance  a été  publié par  Carlo Triarico, “La corrispondenza di Leonardo Ximenes. Inventario delle filze del carteggio conservate nel Fondo Nazionale della Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze”, Nuncius», XIII, 1998, 1, p. 209-246.

Il ne prend pas en considération un nombre important de lettres conservés dans d’autres fonds, comme par exemple le volume réunissant quelque 150 lettres envoyées par Ximenes ou adressées à lui, conservé à la Biblioteca nazionale centrale de Florence (Ms., Galileiano 288).


Sont aussi actuellement en cours d’enregistrement, les inventaires des correspondances de Voltaire (la grande édition de Théodore Bestermann  publie 4929 lettres, de 1770 à la mort de l’écrivain), de Rousseau (un peu plus de 300 lettres dans la nouvelle édition R.A. Leigh et J. Varloo, pour les années 1770-1778, dont l’anatomie est bien connue depuis les enquêtes pionnières de Daniel Roche et Michel Launay) ou de Diderot (environ 400 lettres, dans l’édition, ancienne désormais, de Georges Roth, publiée dans les années 1960, dont l’analyse a trouvé une nouvelle vigueur avec le livre de Benoit Melançon consacré à Diderot epistolier, éd. Fides, 1996).

La confrontation avec les correspondances de Goethe ou de Herder est très attendue…

Equipe « Correspondances savantes » : pour un corpus des correspondances savantes en lignes

Cette page vise à constituer un premier inventaires des ressources actuellement disponibles en lignes.

Les sites sont classés alphabétiquement, par nom de personne.

Une brève notice décrit le site tel qu’il existe, avec ses références.

Sites collectifs

  • CAMENA – Corpus Automatum Multiplex Electorum Neolatinitatis Auctorum (Latin Texts of Early Modern Europe)

  • CERA – Corpus Epistolicum Recentioris Aevi

Ce site procure la mise en ligne d’un ensemble de 90 collections de correspondances savantes en latin, rédigées entre 1520 et 1750, en Allemagne et dans les pays voisins.

Le site  a été réalisé entre 2006 et 2009 par Wilhelm Kühlmann, professeur de littérature allemande au département d’allemand de l’université d’Heidelberg.

http://www.uni-mannheim.de/mateo/camenahtdocs/camena.html

Le site est disponible en versions allemande et anglaise.

Liste des éditions disponibles:

http://www.uni-mannheim.de/mateo/camenahtdocs/cera_prog.html

  • “Some Published Correspondences of the Seventeenth Century”

Cette page du site “Cultures of Knowledge”, réalisée par Benjamin Wardhaugh, propose une bibliographie d’éditions de correspondance,  imprimées ou en ligne,  d’une cinquantaine de savants et de lettrés du XVIIe siècle:

http://www.history.ox.ac.uk/cofk/bibliographies/published-correspondences

Les critères de sélection ne sont pas explicités, et les lacunes nombreuses. A titre d’exemple, ne figurent pas les correspondances de Pierre Bayle, Antonio Magliabechi, Mallebranche ou Blaise Pascal. La bibliographie ne signale pas non plus les inventaires de correspondance, comme ceux des correspondances d’Antonio Magliabechi ou d’André Rivet.

  • “Circulation of Knowledge and Learned-Pratices in the 17th-Century Dutch Republic”

Ce site inter-institutionnel hollandais est au cœur d’un ambitieux projet de recherche sur la circulation savante au XVIIe siècle.

Il se propose l’étude des correspondances des savants suivants : Grotius (7946 lettres), Leeuwenhoek (337 lettres), Descartes (750 lettres), Barlaeus (1200 lettres), Swammerdam (80 lettres), Constantijn Huygens (7295 lettres) et Christiaan Huygens (environ 2900 lettres).

http://ckcc.huygens.knaw.nl/

  • “Correspondances scientifiques”

Le projet Correspondances scientifiques regroupe plusieurs chercheurs et informaticiens travaillant à l’édition en ligne de correspondances scientifiques des 17e-20e siècles. Il a été créé par le Centre de Recherche en Histoire des Sciences et ds Techniques (CRHST) (UMR 8560, CNR-EHESS-CSI-MNHN). Il s’intéresse à l’étude de correspondances entre savants européens, en particulier à travers l’utilisation d’éditions électroniques. En janvier 2011, se trouve sur son site les accès aux correspondances d’Ampère, Bernouilli, Buffon, Clairault, Poincaré, Vallisneri, D’Alembert et de Candolle.

http://www.correspondances.cnrs.fr/

Sites individuels

  • ALGAROTTI, comte Francesco (Venise, 11 décembre  1712– Pise, 3 mai 1764)

L’inventaire de la correspondance d’Algarotti qui sera mis en ligne au mois de mai 2012 sous l’adresse (encore inactive jusqu’au 30 avril 2012):

http://www.algarotti.uni-trier.de/

  • BACON, Francis (Londres, 22 janvier 1561 – 9 avril 1626)

Le “Francis Bacon Correspondence Project”, conduit par le Centre for Editing Lives and Letters, Arts Research Centre, Queen Mary, University of London, donne accès à l’inventaire complet de la correspondance de Francis Bacon:

http://www.livesandletters.ac.uk/bacon/baconindex.html

  • BERNOULLI (famille)

L’inventaire de la correspondance de la famille Bernoulli conservée à la Bibliothèque de l’Université de Bâle en Suisse est proposé, en allemand, sur le site de la bibliothèque:

http://www.ub.unibas.ch/bernoulli/index.php/Briefinventar

  • BOSCOVICH, Ruggiero Giuseppe (Raguse, 18 mai 1711 – Milan, 13 février 1787)

Deux sites, liés l’un à l’autre, présentent l’édition nationale des œuvres et de la correspondance de Boscovich:

http://www.brera.inaf.it/boscovich/progetto-sito/index.htm : à la rubrique “Biblioteca digitale”, sous “Corrispondanza”, le site présente le plan de l’édition  de la correspondance (15 volumes, en 21 tomes); en cliquant sur chaque volume, apparaît l’inventaire, par volume,  des 478 correspondants identifiés de Boscovich.

http://www.edizionenazionaleboscovich.it/ : ce site propose à la fois:

– un accès en version pdf aux volumes déjà publiés de la correspondance de Boscovich (au 5-02-2011, les volumes 2, 4, 5-2, 9-1 et 9-2 de la correspondance) sous la rubrique “Biblioteca digitale”, puis “Corrispondanza”

– un accès à la base de données, sous format texte, de la correspondance de Boscovich, sous la rubrique “Biblioteca digitale”, puis “Edizioni on line” puis “Corrispondenza boscovichiana on-line”; le site, hébergé par l’istituto e Museo di Storia della Scienza de Florence, est encore (5-02-2011) d’accès réservé aux chercheurs qui participent à l’édition.

  • BOULLIAUD, Ismail (Bullialdusà) ( Loudun, 28 septembre 1605 — Paris, 25 novembre 1694)

Un site assez complet, commencé en 1998, qui semble avoir été rapidement abandonné.

http://www.clas.ufl.edu/users/ufhatch/pages/11-ResearchProjects/boulliau/

  • BOYLE, Robert (Lismore, 25 janvier 1627 – 30 décembre 1691)

Le site donne des compléments à l’édition imprimée de la correspondance de Boyle, publiée par Michael Hunter (The Correspondence of Robert Boyle, edited by Michael Hunter, Antonio Clericuzio and Lawrence M. Principe, Londres, Pickering and Chatto, 2001, 6 vol.)

http://www.bbk.ac.uk/boyle/researchers/works/correspondence/boyle_correspondence.htm

  • BUFFON, Georges-Louis Leclerc, comte de (Montbard, 7 septembre 1707 — Paris, 16 avril 1788)

Dans le cadre d’un site consacré à l’œuvre de Buffon, réalisé en 2006 par Pietro Corsi et Thierry Hoquet, cette édition électronique donne accès aux 612 lettres publiées dans l’édition en 2 volumes publiée par Henri Nadault de Buffon en 1860.

http://www.buffon.cnrs.fr/correspondance/index.php?lang=fr

  • CANDOLLE, Augustin-Pyramus de (1778-1841)

La correspondance du botaniste genevois d’envergure européenne Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) fait l’objet d’un inventaire en ligne, dont le projet est exposé à l’adresse:

http://www.ville-ge.ch/cjb/activites_projets_domaines_candolle.php

  • CLAIRAUT, Alexis (1713-1765)

Au sein d’un site consacré à la vie et aux activités mathématiques de Clairaut, la correspondance de Clairaut proprement dite est centralisée sur la page :

http://www.clairaut.com/correspondance.html

  • CLUSIUS, ou Charles de L’Escluse (Arras, 19 février 1526 – Leyde, 4 avril 1609)

Projet hébergé par l’université de Leyde; le site propose un inventaire en ligne, avec des liens avec les fac-simile des manuscrits conservés à Leyde et les lettres imprimées.

http://www.library.leiden.edu/special-collections/scaliger-institute/projects/clusius-project.html

L’ensemble des lettres conservés à la bibliothèque universitaire de Leyde (environ 1300 lettres, expédiées par près de 350 correspondants, et envoyées  à 33 destinataires)  est accessible sur le site de la bibliothèque, sous format JPEG:

http://disc.leidenuniv.nl

  • D’ALEMBERT, Jean Le Rond (Paris, 16 novembre 1717 – 29 octobre 1783)

Au sein d’un site riche et remarquablement bien construit consacré à l’édition des œuvres complètes de D’Alembert, cet inventaire analytique de la correspondance de D’Alembert, dont existe une édition papier (CNRS Éditions, 2009), permet de travailler à partir des  champs descriptifs suivants : numéro de la lettre dans l’inventaire des Œuvres complètes (précédé de la lettre A, il s’agit de l’Appendice des Lettres ostensibles), auteur, destinataire, année, date ou incipit.

http://dalembert.obspm.fr/Correspondance-formulaire.php

  • EULER, Leonhard (Bâle, 15 avril 1707 – Saint-Petersbourg, 18 septembre 1783)

Le site des œuvres complètes d’Euler consacre une page à la correspondance du mathématicien; elle donne l’inventaire des 2829 lettres connues (dont un millier écrites par Euler).

http://www.math.dartmouth.edu/~euler/

  • FRANKLIN, Benjamin : “Digital Ben Franklin” (Boston, 17 janvier 1706 – Philadelphie, 17 avril 1790)

Le site propose une édition électronique de l’ensemble des “papers” de Benjamin Franklin, édités depuis 1954 par Yale University Press (37 volumes disponibles).

http://franklinpapers.org/franklin/

  • FREDERIC  II de  Prusse

La bibliothèque de l’université de Trèves, en Allemagne, propose une version numérique des œuvres de Frédéric II, dont la correspondance; le site  est disponible  en allemand et en français

http://www.friedrich.uni-trier.de/fr/static/suche_briefe/

  • GALILEI, Galileo (Pise, 15 février 1564 – Arcetri, 8 janvier 1642)

Projet encyclopédique sur Galilée, son époque, son milieu et ses travaux:

http://galileo.rice.edu/

  • GASSENDI, Pierre (Champtercier, 22 janvier 1592 – Paris, 24 octobre 1655)

Un site ambitieux, qui n’a pas bougé depuis 2000:

http://www.clas.ufl.edu/users/ufhatch/pages/11-ResearchProjects/gassendi/index.htm

  • GORI, Anton Fr’ancesco

Epistolario en ligne sur le site de Biblioteca Marucelliana de Florence

  • HALLER, Albrecht von (Berne, 16 octobre 1608 – 12 décembre 1777)

http://www.haller.unibe.ch/

  • HUYGENS, Christiaan (La Haye, 14 avril 1629 – 8 juillet 1695)

La correspondance de Huygens, éditée en 11 volumes par la Société Hollandaise des Sciences, entre 1888 et 1950, est accessible sur Gallica à travers le portail LiNuM (Livres Numériques Mathématiques):

http://mathdoc.emath.fr/cgi-bin/linum?aun=001649

  • HUYGENS, Constantijn (La Haye, 4 septembre 1596 – 28 mars 1687)

Le site donne accès à l’inventaire et à un certain nombre de lettres sous format pdf “searchable” de l’édition de la correspondance de Huygns par J. A. Worpn.

http://www.inghist.nl/Instituut/Publicatie/493

http://www.inghist.nl/Onderzoek/Projecten/Huygens/zoek

  • KIRCHER, Athanasius (Geisa, 2 mai 1601- Rome, 27 novembre 1680)

Le projet a commencé à la fin des années 1990,  conduit par l’Istituto e Museo di Storia della Scienza de Florence (devenu en juin 2010 Museo Galileo), en collaboration avec  l’Université Pontificale Grégorienne de Rome et l’Institut Universitaire Européen de Florence. A partir de septembre 2000, le projet a été développé avec le soutien de l’Université de Stanford, sous la responsabilité de Michael John Gorman et de Nick Wilding. Après une période d’interruption, le projet vient d’être repris sous la direction de Paula Findlen.

http://archimede.imss.fi.it/kircher/

La nouvelle adresse (http://kirchner.stanford.edu/) n’est pas encore en fonction. Il devrait donner accès à l’inventaire de la correspondance du jésuite, qui compte quelque 760 correspondants.

Le site propose également des liens avec l’ensemble des initiatives en cours concernant Kircher.

  • LAVOISIER, Antoine de (Paris, 26 août 1743 – 8 mai 1794)

L’Edition électronique des œuvres d’Antoine Laurent Lavoisier propose un onglet “correspondance”: le site ne renvoie qu’à un nombre très limité de lettres, incluses dans l’édition des œuvres de Lavoisier

http://www.lavoisier.cnrs.fr/correspondance.html

  • LEIBNIZ, Gottfried Wilhelm (Leipzig, 1er juillet 1646 – Hanovre, 14 novembre 1716)

Un inventaire de la correspondance, mis à jour à la date du 19 février 2009 , est disponible en document pdf déchargeable  sur:

http://www.nlb-hannover.de/Leibniz/Leibnizarchiv/Veroeffentlichungen/  (sous “Korrespondenzverzeichnis der Akademie-Ausgabe“)

  • LINNE, Carl von (Rashult, 23 mai 1707 – Uppsala, 10 janvier 1778)

“The Linnaean Correspondence” est  un site en anglais préparé sous l’égide de la Swedish Linnaean Society, de la Royal Swedish Academy of Sciences,  de l’université d’Uppsala et de sa bibliothèque, de la Linnean Society of London, avec la collaboration du Centre international d’étude du XVIIIe siècle.

http://linnaeus.c18.net/

Il donne accès aux œuvres de Linné, à sa correspondance et fournit des liens aux principaux sites consacrés à Liné.

  • NEWTON, Isaac (4 janvier 1643 – 31 mars 1727)

The Newton Project

http://www.newtonproject.sussex.ac.uk

  • REDI, Francesco (Arezzo, 18/19 février 1626 – Pise, 11 mars 1697)

“Francesco Redi, scienzato e poeta alla corte dei Medici” , site en italien, comporte une édition en ligne de la correspondance, encore incomplète:

http://www.francescoredi.it/

  • SCALIGER, Joseph Justus (1540-1609)

Le site, hébergé par le Warburg Institue à Londres, présente le projet d’édition de la correspondance de Scaliger, qui comprend environ 1650 lettres, dont 800 écrites par Scaliger.

http://warburg.sas.ac.uk/scaliger/indexjjscaliger.htm

  • USSHER, James (Dublin, 4 janvier 1581 – Ryegate, 22 mars 1656)

Le site (2005) présente le projet d’édition de la correspondance savante de James Ussher, archevêque d’Armagh (1625-1656), sous la direction de Elizabethanne Boran (Trinity College, Dublin).

https://www.tcd.ie/history/Ussher/home.php

  • VALLISNERI, Antonio (Trassilico, 3 mai 1661 – Padoue, 17 janvier 1730)

Le site italien de l’édition nationale des œuvres du médecin et naturaliste Antonio Vallismeri comporte une section “Cataloghi e inventari” dont la première partie est consacrée à l’inventaire de la correspondance, qui compte environ 1600 lettres de Vallisneri et 12 000 lettres adressées à Vallisneri :

http://www.vallisneri.it/inventario.shtml

Outre l’inventaire, le site donne l’édition des lettres envoyées par Vallisneri.

La présentation est proposée en trois langues, italien,  français et anglais.

séminaire Entrer en communication 2, Ecole Normale Supérieure de Lyon, 9 & 10 décembre 2010


Séminaire Entrer en communication (2)

Ecole normale supérieure de Lyon

9 et 10 décembre 2010

9 décembre 2010

9h30 Présentation par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

10h CANTILLON Alain, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle, « Entrer en controverse métaphysique en 1686, Leibniz, Arnauld, et le Prince Ernest »

11h BAILLOT Anne, Humboldt Universität, « Louis de Beausobre, entre cour et Académie. La correspondance d’un intellectuel francophone en Prusse au XVIIIème siècle »

12h BOUTIER Jean, EHESS Marseille-Centre Norbert Elias, « Leibniz et Baluze : l’impossible entrée en communication (1672-1718) »

Déjeuner

14h BEAUREPAIRE Pierre-Yves, Université de Nice-Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France, « Un maillon des circulations européennes du XVIIIe siècle, Jacques Pérard, pasteur du Refuge, journaliste, académicien et franc-maçon »

15h SHERIDAN Geraldine, Limerick University, « La circulation européenne de l’Essai de métaphysique de Boulainvilliers »

16h MONTEGRE Gilles, Université Pierre Mendes France, Grenoble, « Le voyage comme vecteur privilégié de l’entrée en communication à l’époque des Lumières : les correspondants de François de Paule Latapie (1739-1823) »

17h LOISELLE Kenneth, Trinity University, Austin (Tx), “To Enter into Communication is to Uphold a Friendship :  Affectivity and the Communication of Knowledge between Dominique Chaix and Dominique Villars, 1772-1799” (Entrer en communication c’est entretenir une amitié. L’affectivité et la communication du savoir entre Dominique Chaix et Dominique Villars, 1772-1799)

Chaque communication, d’une durée maximale de 35 minutes, est suivie d’une discussion de 25 minutes.

10 décembre 2010

9h30-16h30

Réunion de travail autour de l’ouvrage collectif Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks –publié en anglais- et de l’atlas CITERE

Activités de l’Equipe « Correspondances savantes »: comptes rendus des séminaires et réunions du groupe

Séminaire de l’équipe “Correspondances savantes”

Séminaire du mercredi 31 mars 2010, EHESS, salle 241, 9h-13h

Compte rendu en cours d’élaboration

Séminaire du mercredi 16 juin 2010, EHESS, salle 241, 9h- 13h

1.  Un premier tour d’horizon a concerné les diverses activités depuis la précédente réunion (mercredi 31 mars 2010, EHESS), concernant  notamment  la dernière séance du séminaire « Réseaux sociaux » (Pascal Cristofoli, Stéphane Baciochi, EHESS),  le 3 juin ; le séminaire CITERE à Nice, le 21 mai ; le recrutement d’un assistant de recherche pour préparer un certain nombre de bases de données concernant plusieurs grosses correspondances, dans les années 1770.

2. Quatre ensembles de correspondance pour les années 1770-1779 (inventaire  sommaire réalisé sur tableur Excel) ont été présentés et discutés en séance :

– par Jean Boutier

correspondance passive de Marco Lastri (fonds conservé à Florence, Biblioteca Riccardiana) : corpus très restreint (54 lettres, toutes provenant d’Italie centrale, entre Venise et Naples ; présence d’une correspondance institutionnelle avec des académies d’agriculture d’Italie du nord, en liaison avec la position de secrétaire de Lastri à l’académie des Georgofili de Florence)

correspondance d’Alessandro Volta : dépouillement de l’Epistolario, vol. I (edizione nazionale delle opere di Volta, 1949) :  312 lettres pour les années 1770-79 ; réelle ouverture internationale (France, Angleterre, Suisse..)

correspondance du père Leonardo Ximenes, d’après l’inventaire du fonds Ximenes de la Biblioteca nazionale centrale de Florence (Carlo Triarico, « La corrispondanza di Leonardo Ximenes. Inventario delle filze del carteggio conservate nel fondo nazionale della Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze », Nuncius, XIII, 1998, p. 209-246) : environ 300 lettres, quasi totalement d’origine italienne

– par Emmanuelle Chapron :

correspondance de Giovanni Targioni Tozzetti : 489 lettres, dont 90% reçue par TT et 11 lettres non-italiennes, conservées dans le fonds Targioni Tozzetti de la Biblioteca nazionale Centrale de Florence (Tiziano Arrigoni, « Inventario del carteggio di Giovanni Targioni Tozzetti, » Nuncius, I, 1986, pp. 59-139)

correspondance d’Angelo Maria Bandini : conservée à la Biblioteca Marucelliana de Florence ; correspondance considérable (2523 lettres reçues pour la seule décennie 1770), dont une centaine non-italiennes, et 40% expédiées depuis Rome ; inventaire à affiner

correspondance de Giuseppe Pelli Bencivenni : encore plus considérable que la précédente (3051 lettres reçues et envoyées), conservée intégralement à l’Archivio di Stato de Florence (Lettere a G. Pelli Bencivenni, 1747-1808. Inventario e documenti, a c. di Maria Augusta Timpanaro Morelli, Roma 1976 )

– par Gilles Montègre

GM présente l’inventaire en cours de trois correspondances actuellement mal connues, dont il a commencé à réunir les divers éléments, tant dans la littérature disponible que par inventaire direct sur fonds existants ; il s’agit des correspondances de François Paul de Latapie, naturaliste bordelais qui accomplit un long voyage en Italie et constitue un groupe de correspondants particulièrement actifs dans la péninsule ; du père F. Jacquiet, anti-jésuite convaincu doté d’un large réseau européen  de correspondants ;  du jésuite astronome Ruggiero Giuseppe Boscovich (1711-1787), dalmate longtemps en résidence à Paris, membre de nombreuses académies et au cœur de l’astronomie européenne ; ces deux derniers personnages permettent de saisir certains clivages intellectuels majeurs du second XVIIIe siècle, de les cartographier et de mesurer leur impact sur les processus de communication savante

– par Anne Saada

AS présente une exploration large des ressources qu’offrent les correspondances allemandes éditées pour les années 1770, dans l’intention d’évaluer leur ampleur, leur cohérence et leur éventuelle représentativité.  Elle présente sous ces différents aspects les correspondances éditées de Goethe, Herder, Lessing et Justus Möser ; elle présente surtout  les approches, très voisines de nos préoccupations, développées par l’équipe suisse du projet Haller, dont l’énorme correspondance (16981 lettres, selon l’inventaire en 2 vol. publié  à Bâle en 2002)  continue de faire l’objet d’analyses à l’échelle européenne, en interconnexion, notamment, avec les correspondances du naturaliste et botaniste britannique Sir Joseph Banks (1743-1820), de l’anatomiste et chirurgien allemand Joseph Heister (1683-1758), du naturaliste Carl Linné,  de J.-J. Rousseau et du médecin et un botaniste allemand Christoph Jakob Trew (1695-1769). Elle précise l’orientation de sa contribution à  l’équipe autour des correspondances institutionnelles à Göttingen (journal savant, académie).

3. Les prochaines échéances sont les suivantes pour l’équipe :

Vendredi 1er octobre 2010 : séance de travail sur le traitement informatisé des inventaires de correspondances en cours de réalisation pour les années 1770-1779

Début décembre 2010 : séminaire CITERE à Lyon  (ensemble des quatre équipes)

Mi janvier 2011 : journée d’étude à Florence (Institut universitaire européen) sur les échanges savants entre Europe du « Sud » et Europe du « Nord » (en projet)

Séminaire du mercredi 20 octobre 2010, EHESS, 14h- 17h

 

Stéphane Baciocchi (EHESS) a présenté un certain nombre de réflexions, à partir desquelles s’est développée la discussion.

1. Il est essentiel d’accompagner chaque base de données d’une note critique sur les sources utilisées (ainsi, par ailleurs, que d’un journal d’enquête), permettant de différencier les correspondances « conservées » (correspondant à un fonds de correspondance passive, dont il faut malgré tout interroger les modalités de constitution et de conservation) et « reconstituées » (par exemple pour les grandes éditions nationales, selon des méthodes de prospection dans les fonds d’archives et de bibliothèques qui ont pu, selon les cas, renforcer la perspective nationale de la correspondance ou, au contraire, privilégier certains échanges étrangers) ; correspondances « exhaustives » (incluant lettres domestiques) et « triées » (selon un critère savant) ; enfin correspondances  pour lesquelles la correspondance active est plus nombreuse / moins nombreuse / sensiblement égale en volume à la correspondance passive.

à On se propose ainsi d’accompagner le travail sur les correspondances, d’une cartographie des fonds de correspondance conservés en Europe (au moins celles qui ont servi au présent travail).

2. Une approche possible est de considérer les correspondances comme des réseaux d’activité, ceux d’individus qui travaillent ensemble (cf. travaux d’Anne Saada sur Göttingen). Si l’on veut creuser cette perspective, il est difficile de faire l’économie d’une lecture des lettres elles-mêmes (exemple d’une lettre de Burke à Smith, révélant un ensemble important d’individus mobilisés dans une action commune des deux correspondants). Il faut voir ce que les lettres, au-delà du moment de l’échange « cartographiable », disent de leurs modalités de circulation et d’utilisation, afin de reconstituer les sphères d’interconnaissance qui sous-tendent la possibilité de travailler ensemble.

En ce sens, on pourrait s’intéresser au nombre et à la géographie des correspondants plutôt qu’à ceux des lettres (le nombre des lettres étant un indicateur faible de leur importance pour l’économie de la correspondance et du travail savant). Cela suppose quelques aménagements dans les bases de données : S. Baciocchi suggère ainsi de modifier la catégorie « biographique » des tableurs en préférant une caractérisation des motifs de la correspondance (renseignement bibliographique, demande d’argent, etc.), de manière assez fine, ce qui aboutirait dans un second temps à une typologie des interactions entre les individus. On pourrait ainsi mettre en évidence des individus ou institutions qui servent de « bureaux de correspondance », auxquels on s’adresse de manière préférentielle pour accéder à une ressource ou entrer en correspondance avec quelqu’un (académies, rédacteurs de périodiques, bibliothécaires, selon le domaine envisagé ou selon la période ?).

Dans le même sens, d’autres suggestions sont faites pour améliorer les bases :

– préciser les dates de naissance pour identifier les différentes générations présentes dans les années 1770-1779, facteur à prendre en compte pour expliquer le recoupement (ou non) de certaines correspondances. Il serait également possible, à partir de cette information, de saisir les phénomènes de « transmission » ou d’« héritage » (selon le point de vue) d’une correspondance, qu’on observe généralement dans la durée, à l’échelle d’une vie, mais qui pourraient se manifester dans la tranche observée.

– préciser (quand c’est possible) la date d’entrée en correspondance des deux individus.

3. Pistes pour l’incrémentation du corpus. Afin de tirer le meilleur parti de l’originalité d’un projet consistant à croiser les correspondances, au-delà des classiques approches monographiques ou comparées, il faut travailler sur les connexions entre les correspondances (pour le moment, 91 des 1600 individus figurent dans plusieurs des correspondances). Ainsi, pour la France (grande absente de la masse de données pour le moment rassemblées), la perspective envisagée est de se focaliser sur les noms français qui figurent dans les bases déjà constituées, et de rechercher leur propre correspondance (en utilisant, notamment, les index des grandes éditions de correspondance, Haller, Voltaire, etc., ainsi que – sous réserve de l’accord de l’intéressé – les fichiers de Daniel Roche sur les académiciens de province).

Dans la même perspective, on se propose de reprendre les correspondances déjà saisies pour rechercher la correspondance des « étrangers », afin de reconstituer des chaînes de correspondance et d’identifier les « correspondances relais » qui rendent possibles les « grandes » correspondances. En pratique, chacun devrait reprendre « ses » correspondances et pousser l’analyse, en utilisant les ressources du groupe (Anne pour les correspondants allemands, par exemple).

(compte rendu par Emmanuelle Chapron)

programme du séminaire Entrer en communication (1), Nice, 21 mai 2010


Entrer en communication (1)

Séminaire ANR CITERE
Circulations, Territoires et Réseaux en Europe
de l’Age classique aux Lumières

Nice, 21 mai 2010, Campus Carlone, Bâtiment H, 3e étage

Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

Organisateurs :
Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

citere@unice.fr

8h45—9h00 Accueil des participants

9h00—9h15 Présentation du séminaire par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant

Entrer en communication… par la construction d’un réseau

9h15—9h55 Héloïse Hermant (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC), « De l’information à la mobilisation: lettres, libelles, réseaux dans la lutte de don Juan José de Austria contre le valido Nithard (1668-1669) »

10h15—10h55 Marie-Laure Acquier (Université de Nice-Sophia Antipolis, CIRCPLES), « Stratégies d’écriture, stratégies de communication, « postures » d’auteur (e), chez María Luisa de Padilla, comtesse d’Aranda (sur la Nobleza virtuosa, 1637)

11h15—11h55 Charles-Henry Depezay (Université d’Orléans), « Une entrée en communication illustrant les différentes dimensions de l’Aufklärung : Georg Christian Crollius et l’Académie des Sciences de Mannheim »

12h15—12h55 Stéphane Blond (Université d’Évry-Val d’Essonne, Laboratoire d’Histoire économique, sociale et des techniques), « La structure du réseau routier français au XVIIIe siècle »

21 mai 2010, CMMC, Bâtiment H, 3e étage

Entrer en communication… par l’appropriation ou l’inclusion dans un réseau

14h30—15h05 Matthieu Gellard (Université de Paris IV Sorbonne, Centre Roland Mousnier), « Catherine de Médicis, régente en décembre 1560. Entrée en communication et mise en place d’un système épistolaire »

15h30—16h05 Florence Catherine (Université de Nancy & EA 3400 Université de Strasbourg) « “Je n’oserois vous demander, Monsieur, une correspondance” : règles et usages de l’entrée en communication avec Albrecht von Haller »

16h30—17h05 David Rousseau (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC), « De l’érudit local au savant reconnu : entrer en communication avec Louis Gérard pour les érudits provençaux »

17h30—18h05 Luigi Spotti (Università degli Studi di Milano), « La maison de campagne des frères Luigi Ottavio et Giuseppe Picenardi une “zone franche” pour les intellectuels dans la Lombardie du XVIIIe siècle »

18h30—18h45 Ouverture

Chaque communication est suivie de vingt minutes de discussion.

affiche du séminaire ANR CITERE Entrer en communication

programme Entrée en communication 21 mai 2010

séminaire “Entrer en communication” (appel à communication)

Appel à proposition


L’âge classique et le temps des Lumières constituent un moment original et décisif, tant du point de vue du volume des échanges d’informations que de l’extension des réseaux de communication et de leur adaptation à un monde qui s’ouvre à une accélération remarquable des échanges économiques à long rayon  mais qui voit aussi les Etats s’inquiéter devant l’augmentation et la diversification de flux qu’il leur faut contrôler, orienter et parfois interrompre. Parallèlement au « procès de civilisation » de Norbert Elias aujourd’hui contesté, mais qui a largement contribué à enrichir le débat historiographique, les XVIIe et XVIIIe siècles sont marqués par un processus de communication dont les enjeux conditionnent la construction et la perception de l’Europe jusqu’à aujourd’hui.

Pour l’historiographie traditionnelle, au XVIIe et au XVIIIe siècles, la communication est nécessairement européenne, transfrontalière, car la République des Lettres comme l’Europe des Lumières vont de soi. Les circulations intellectuelles, savantes, maçonniques, aristocratiques et mondaines qui s’y déploient sont supposées s’affranchir sans difficulté des contraintes spatiales. Ce paradigme surévalue la fluidité de la communication en postulant qu’elle va de soi, et en substituant à la matérialité des échanges et des vecteurs, aux obstacles en terme d’espace-temps, de langues véhiculaires, de coûts d’acheminement, de déperdition d’informations, de censure et d’intrusions de toutes sortes dans les réseaux de communication, la projection idéale d’un espace transnational, cosmopolite, réticulaire et déterritorialisé, émancipé de tout ancrage spatio-temporel.

Penser la communication comme processus suppose l’attention aux pratiques et aux enjeux qu’elles recèlent, aux stratégies mises en œuvre, aux usages, aux acteurs qui les pratiquent, aux experts qui les qualifient ou les disqualifient, aux vecteurs qui supportent, orientent ou ralentissent circulations et échanges de l’échelle locale aux horizons mondiaux.  L’étude des formes et des mutations de la communication est donc une puissante invitation à explorer la dimension matérielle et concrète des processus de communication à l’œuvre en Europe du XVIe au XVIIIe siècle.

Les stratégies de communication et de publication des acteurs mobilisent plusieurs vecteurs. En effet, la communication peut se faire en présence et/ou en absence, ce qui suppose, pour le chercheur, la prise en compte d’un ensemble de formes et de leurs éventuelles articulations : la sociabilité comme mode de communication-en-présence (académies, cénacles mondains, loges maçonniques etc.), la lettre comme mode de communication-en-absence mais qui peut être élargie par le recours à la lecture publique, à la copie, aux extraits, l’imprimé comme mode de communication-en-absence ouverte (libelles, satires, factums). Il s’agit donc d’ouvrir la communication épistolaire à l’ensemble des formes de la communication dont les contemporains disposent pour leurs échanges ou qu’ils étaient susceptibles de construire et d’articuler (lancement d’un périodique savant, création d’une académie et publication de ses travaux etc.).

Afin de mieux saisir la matérialité des réseaux et d’examiner leurs rapports avec les territoires qu’ils contribuent à construire par le biais de dynamiques circulatoires complexes, il peut être intéressant d’analyser une  étape particulière du processus communicationnel, peu interrogée jusqu’à présent : celle de l’entrée en communication.

Entrer en communication est une opération qui renvoie à des réalités diverses. Il peut s’agir  de l’entrée d’un individu dans un réseau, que cette entrée soit le fruit d’une stratégie ou qu’elle se produise « à l’aveugle ». Il peut s’agir également de la mise en relation de différents réseaux par un individu ou un groupe, selon des modalités de communication qu’il faudra étudier en considérant l’éventuel rôle des intermédiaires et le poids de l’aléatoire. Enfin, il est possible d’y voir la construction d’un public par un acteur, ou la rencontre d’un individu avec un public dont les contours restent à délimiter.

Comprendre ce qu’entrer en communication signifie et implique exige donc qu’on prenne en compte les stratégies des acteurs, la diversité des moyens de communication, les transactions matérielles et symboliques, les pratiques, les compétences et le statut des individus, la maîtrise des temps et des tempos et enfin l’évolution des logiques agrégatives.

Il faudra aussi s’interroger sur la façon dont l’entrée en communication conditionne la structure du réseau ainsi constitué : a-t-on affaire à une trame durable ou à une structure volatile ? Et dans ce cas, comment penser l’ancrage territorial d’une telle structure ? Pour répondre à ces interrogations, il sera nécessaire de mettre en relation l’espace communicationnel avec les vecteurs de circulation des idées, à la lumière des stratégies de publicité des acteurs et de l’identité interrelationnelle ainsi élaborée.  On sera alors à même d’appréhender ce qui sépare un réseau d’un mouvement d’opinion, un groupe d’interconnaissance d’un public, etc.

Les séances du séminaire s’appuient délibérément sur la présentation de dossiers, d’études de cas d’ « entrées en communication » qui seront d’emblée discutées collectivement. Les propositions de contributions à ce travail collectif émaneront aussi bien de chercheurs engagés dans le programme CITERE que de chercheurs intéressés par les problématiques du séminaire.

Le séminaire débouchera sur la préparation d’un ouvrage véritable collectif -publié en anglais-  intitulé Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks étroitement articulé à la publication de l’atlas électronique CITERE programmé dans le cadre du programme ANR éponyme. Il veut rompre avec la tradition des actes de colloque sur les Lumières ou les réseaux de correspondance, qui sont souvent des collections hétérogènes de communications monographiques, pour proposer une réflexion collective et interroger collectivement le processus de communication à l’œuvre aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Les propositions de contribution au séminaire thématique « Entrer en communication » sont à adresser par mail accompagnées d’un bref curriculum vitae à  citere@unice.fr avant le 6 avril 2010.

Le programme et les objectifs du projet CITERE

Le programme CITERE étudie le processus de communication à l’œuvre en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècle à partir de ses dynamiques spatiales et de la production des territoires qui en résulte.

Pour ce faire, les partenaires ont identifié des chantiers de recherche complémentaires, qui  nourriront les deux productions collectives de CITERE :

  • l’atlas Communiquer en Europe. Essai d’analyses spatiales
  • l’ouvrage collectif rédigé en anglais Communicating Europe. Early Modern Circulations, Territories and Networks.
  1. Penser et représenter l’Europe dans le processus de communication des XVIIe et XVIIIe siècles (partenaire 1)
  2. Les outils maçonniques d’une communication harmonieuse et indépendante (partenaire 1)
  3. Dispositifs et espaces de la communication savante entre érudition classique et temps des Lumières (partenaire 2)
  4. Formes de journaux savants et leurs circulations dans l’espace européen (partenaire 3)
  5. Mesurer l’impact de la clandestinité/centralité sur la communication philosophique en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècle (partenaire 4)