longue recension avec cartes de La communication en Europe de l’âge classique aux Lumières par Marion Maisonobe dans Mappemonde

http://mappemonde.mgm.fr/122aval4/

Paru en 2014, La communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières a fait l’objet de plusieurs recensions en histoire des sciences (Monnier, 2014 ; Walshaw, 2015) mais l’apport de cet ouvrage à la géographie des sciences méritait d’être souligné.

Collectif, cet ouvrage est le fruit d’un travail de quatre années coordonné par l’historien Pierre-Yves Beaurepaire dans le cadre de l’ANR CITERE « Circulations, Territoires et Réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières ».

En convoquant un triplet cher à la géographie ─ « Circulations », « Territoires » et « Réseaux » ─ l’équipe du programme CITERE témoigne de sa volonté de spatialiser l’histoire des échanges intellectuels. Dans l’ouvrage collectif résultant de ce travail, cela se manifeste par la place belle faite à la cartographie. En tout, 69 cartes ont été produites pour accompagner et nourrir les nombreux cas abordés dans l’ouvrage. Le nombre conséquents d’études (27 études réparties en 7 chapitres) et de participants à l’ouvrage (20 participants issus de différents pays), permet de mesurer l’ampleur du travail de coordination scientifique effectué par Stéphane Blond et Pierre-Yves Beaurepaire.

Deux cartographes professionnels ont été mobilisés : Aurélie Boissière, cartographe indépendante et Jules Grandin, actuel directeur du service Infographie aux Échos. Tous deux ont une expérience de la cartographie de presse puisque la première a démarré chez Courrier International tandis que le second travaille aujourd’hui aux Échos après avoir officié plusieurs années au service de cartographie du Monde. Au moment de la conception de La communication en Europe, ils ont déjà plusieurs années d’expérience derrière eux et ont déjà eu à travailler à plusieurs reprises pour le compte d’éditeurs scientifiques (AutrementBelinHachette, etc.).

Les cartes réalisées surprennent par leur diversité qui est à l’image de la variété des entrées thématiques mobilisées dans l’ouvrage : réseaux des routes européennes et temps de trajet ; localisation et caractérisation des correspondants de savants, lettrés et diplomates ; itinéraires de savants et ingénieurs ; localisation de bibliothèques et périodiques savants ; provenance ou diffusion des références évoquées dans ces périodiques et contenues dans ces bibliothèques ; nombre et qualités des personnes rencontrées lors d’un voyage ; étapes dans l’acheminement d’un ouvrage ou d’une missive; provenance des personnes visitant ou étant associées à un lieu de science.

L’ouvrage est composé au deux tiers de cartes de stocks et de localisations ponctuelles. Le tiers restant se décompose en cartes de routes, d’itinéraires et de flux. Quatre cartes sont inclassables car elles cumulent informations ponctuelles de localisation et déroulé chronologique d’un évènement ou parcours. Il s’agit des cartes intitulées « L’internationale des sciences de João Jacintho de Magalhães » (p. 65), « Réseaux et lieux articulés au sein du mouvement orchestré par don Juan en 1668-1669 » (p. 166), « Constituer une bibliothèque : les livres de J.-F. Séguier à Nîmes (1760-1784) » (p. 236) et « Lire sans acheter des livres dans la France méridionale au XVIIIsiècle » (p. 245). Elles sont ambitieuses mais ont le défaut d’être plus difficiles à lire car elles cumulent plusieurs types d’information. La première donne par exemple des informations biographiques sur l’astronome portugais connu sous le nom de Magellan en localisant ses principales affiliations académiques et ses correspondants. En plus de ces informations ponctuelles, la carte fait figurer la date d’arrivée sur les lieux où il a séjourné avec, à l’aide de flèches, l’ordre de passage de l’un à l’autre.

Trois échelles spatiales sont explorées :

  • l’échelle du continent européen. Il s’agit de l’échelle principale puisqu’elle concerne les deux tiers des cartes présentées dans l’ouvrage ;
  • l’échelle nationale ou régionale. On trouve cinq cartes à l’échelle de l’Italie ; deux cartes à l’échelle de la France ; quatre cartes aux niveaux de régions françaises (Midi, Dauphiné) ; trois carte à l’échelle de la Suède, de ses frontières russes (actuelle Finlande) et germaniques (Poméranie suédoise) ; et une carte à l’échelle de l’Espagne ;
  • l’échelle locale. Outre le plan du centre de Paris concerné par le trafic de livres prohibés ; on trouve trois cartes de Florence, deux cartes de Göttingen, une carte de Madrid et un plan sur deux pages de la ville de Spa, carrefour et point d’étape du « Grand Tour »1.

Dans l’ensemble, les cartes apportent une vraie plus-value au contenu de l’ouvrage et servent bien son parti-pris sur lequel on reviendra. On regrette simplement qu’elles ne soient pas numérotées et qu’il n’y ait pas de renvois aux cartes dans le corps du texte, ce qui aurait permis d’en améliorer l’intégration.

L’ouvrage est divisé en sept chapitres qui sont eux-mêmes, pour la plupart, divisés en courts essais produits par différents auteurs. Le ton est donné d’entrée de jeu avec un chapitre coordonné par l’historien de la cartographie routière Stéphane Blond, intitulé « Parcourir l’Europe ». Ce chapitre met en évidence les rugosités de l’espace à travers les cartes des postes, les itinéraires internationaux, les pérégrinations d’un cicérone, les visiteurs de Spa et les difficultés d’intégration de l’ingénieur Jean Thomas en Angleterre. On comprend d’emblée combien la communication en Europe dépend des difficultés d’acheminement et de parcours ainsi que de l’état des relations entre les territoires à l’heure des guerres de religions et des alliances qu’elles mettent en jeu.

Le chapitre 2 montre l’importance jouée par les relations personnelles dans le succès des entreprises savantes : la création d’une académie à Bruxelles, la diffusion de la production savante italienne, la mise en place d’un réseau météorologique international coordonné depuis la Royal Society, et l’entreprise du Dictionnairehistorique et critique de Pierre Bayle. Assez proche dans sa conception, le chapitre 3 exploite les données issues des périodiques savants pour localiser les lieux de production du savoir et les modes de circulation de ce savoir à travers la diffusion des références bibliographiques et les traductions (cartes). Il est intitulé « Formes de circulations savantes dans une Europe multilingue ». Il montre que, comme l’usage des langues vernaculaires tend à se développer, les barrières linguistiques se renforcent donnant aux zones transfrontalières et polyglottes comme la Suisse, la Poméranie Suédoise mais aussi la ville de Dijon, un statut d’intermédiaires dans le « procès de communication ».

Le chapitre 4 intitulé « Dispositifs de communication » est composé de plusieurs études de cas mettant en avant les stratégies et les moyens à la disposition des acteurs pour orchestrer un mouvement politique (l’affaire don Juan), obtenir la reconnaissance de ses pairs (la multiplication des engagements de Jacques Pérard), s’informer auprès de ses amis comme de ses ennemis (les échanges d’Albrecht von Haller avec la France lettrée), contrôler son image (la communication de Catherine de Médicis auprès de la Couronne d’Espagne et d’Angleterre), et mener une bataille idéologique (la bataille entre Bayle et Jurieu).

Le chapitre 5 et le chapitre 6 sont composés en un seul bloc. Le chapitre 5 est un essai d’Emmanuelle Chapron et Anne Saada sur la place des bibliothèques dans l’Europe des Lumières. On y compare trois types de bibliothèques : les bibliothèques de Florence, une ville déjà bien pourvue en librairies et institutions savantes ; la bibliothèque de Göttingen qui est créée ex-nihilo en même temps qu’une université, un périodique savant et une académie ; et la bibliothèque d’une personne privée : J.-F. Séguier demeurant à Nîmes. Les auteures s’intéressent à l’effet local de l’implantation de ces bibliothèques, aux moyens d’approvisionnement de ces bibliothèques en tenant compte du rôle des libraires et de la spécialisation de leurs arrivages, et, enfin, à la diffusion des références contenues dans ces bibliothèques à travers l’envoi de catalogues et la publication de compte rendus dans les périodiques savants. Le chapitre 6 porte également sur le monde du livre. Écrit par Daniel Droixhe, il traite de l’affaire des colporteuses parisiennes de 1766. À travers les témoignages recueillis lors de l’arrestation de plusieurs vendeurs et vendeuses de livres prohibés, il nous permet de partir à la découverte d’un trafic organisé à l’échelle de la capitale française.

Le dernier chapitre reprend le modèle des chapitres 1 à 4 et comporte plusieurs petits essais interrogeant la place et le rôle de l’amitié et les formes d’individualismes qui se développent de l’âge classique au siècle des Lumières. Ce thème est traité à travers le cas des négociations d’un mariage royal qui n’aura pas lieu entre la couronne de France et celle d’Angleterre, les lettres du roi d’Espagne Philippe II à ses filles ; la correspondance du fils de Montesquieu avec le botaniste François-de-Paule Latapie ; les relations entre un curé et un médecin botaniste dans le Dauphiné et enfin les relations diplomatiques du colonel de régiment de dragons puis général et chef de brigade de Savolax, Curt von Stedingk pendant la campagne de Finlande contre la Russie (1788-1790).

L’ensemble de l’ouvrage nous permet d’appréhender la « République des Lettres » et la « diffusion des Lumières » sous un jour réaliste grâce à l’attention portée à la géographie. En cela, il se démarque de la vision idéalisée dont nous avons hérité et qui continue d’être véhiculée par certains de nos contemporains. Pour Caroline Wagner par exemple, la « République des Lettres » se caractérise par la mise en place d’un « collège invisible » à l’échelle du continent européen permettant à l’information de circuler librement entre les savants quelle que soit leur nationalité, leur localisation, leur langue, leur statut et leur confession. Dans son ouvrage intitulé Invisible College (2008), elle analyse l’état du système scientifique contemporain en ayant comme point de référence ce modèle dont elle pense voir le renouveau à l’échelle mondiale au XXIe siècle grâce au développement de l’individualisme et des nouvelles technologies ainsi qu’au recul des effets de distance et d’appartenances nationales.

À rebours de cette vision, l’ouvrage dirigé par Pierre-Yves Beaurepaire montre combien « la construction d’espaces de communication » à l’époque moderne fut loin d’être « le simple résultat d’activités individuelles » et insiste sur la pluralité des acteurs, des dispositifs et des espaces de communication qui façonnent l’Europe des Lumières (p. 6). S’il semble n’avoir jamais existé au sens où l’entend Caroline Wagner, le « collège invisible » n’est pas davantage le modèle structurant les dynamiques du système scientifique contemporain, en témoigne la prégnance et le renforcement des effets d’appartenances nationales sur la croissance des collaborations scientifiques à l’aube du XXIe siècle (Maisonobe et al., 2016). Quelle que soit l’époque considérée, adopter une approche géographique de la circulation des savoirs et des processus de communication amène naturellement à s’intéresser à l’effet des distances, des frontières, des conflits religieux et politiques.

Il s’agit d’un parti-pris exprimé dès l’introduction de l’ouvrage : « Pour nous, l’étude des formes et mutations de la communication ne peut être menée à bien sans prise en compte des enjeux spatiaux, ni attention fine aux jeux d’échelle. D’où l’importance de la cartographie, entièrement originale, dans cet ouvrage » (p. 6). Ce parti-pris permet de saisir le fonctionnement différencié de l’espace européen du XVIe au XVIIIe siècle en faisant ressortir des zones centrales comme la capitale française très rayonnante, des zones de passage transfrontalières (la Suisse, la Poméranie suédoise), et des zones plus périphériques y compris hors d’Europe (la côte Est des États-Unis, Calcutta, le Mexique…). Pour transcender les divisions, contourner les obstacles à l’acheminement de certaines lettres et objets, il est intéressant de découvrir les stratégies mises en œuvres par les individus. L’effet des recommandations apparaît déterminant : ainsi le succès du voyage en Italie du botaniste François-de-Paule Latapie repose en grande partie sur la notoriété du fils de Montesquieu dont il dépend et avec lequel il correspond (p. 310-322). Sans quitter son château de la Brède, ce dernier oriente les visites de Latapie et voyage par procuration. L’entretien de nombreuses correspondances ainsi que la possibilité de se procurer des livres venant de toutes parts permettent aux savants de s’informer sans avoir à se déplacer. Ainsi, les voyages de l’amateur de sciences Grossart de Virly permettent au chimiste Guyton de Morveau d’entretenir son réseau européen alors qu’il est retenu à Dijon par ses charges (« son office de magistrat jusqu’en 1783, l’animation de l’académie de Dijon, ses recherches personnelles et ses travaux d’écriture », p. 155).

En plus de nous montrer les rouages du système communicationnel de l’époque, l’ouvrage permet d’entrevoir des évolutions qui, comme le rôle croissant joué par les périodiques savants dans la diffusion des idées, participent de la continuité entre ce système et le nôtre. Aussi, il est particulièrement intéressant de voir que la géographie savante de l’époque n’est pas figée. De nouveaux centres peuvent émerger comme celui de Göttingen qui bénéficie entre 1734 et 1751 d’un plan d’aménagement urbain permettant d’en faire un des lieux incontournables du « Grand Tour ». La variété des lieux (zones transfrontalières, centres classiques, centres émergents, espaces polycentriques) évoqués tout en long de La communication en Europe fait de cet ouvrage un bon complément à celui coordonné en 2002 par Christophe Charle et Daniel Roche Capitales culturelles, capitales symboliques : Paris et les expériences européennes, XVIIIe-XXe siècles, suivi en 2010 par Le temps des capitales culturelles: XVIIIe-XXe siècles, ouvrages qui s’intéressaient plus particulièrement aux lieux centraux.

Enfin, nous ne pouvons qu’être séduits et impressionnés par la variété et la quantité des sources mobilisées. À l’heure où la scientométrie se résume bien souvent à mesurer la quantité de publications parues dans une sélection de revues anglophones et les citations entre ces revues, nous mesurons ici combien la communication intellectuelle est à l’origine d’une quantité de traces qui dépassent largement le simple acte de publication dans des revues savantes: les lettres, les traductions d’ouvrages, les registres, les livres d’or de bibliothèques, les envois de catalogues, les achats et citations de livres, mais aussi l’analyse des affects véhiculés par ces échanges permettent d’obtenir un tableau multiforme et multi échelle des circulations, territoires et réseaux qui ont contribué à structurer l’espace européen de l’âge classique aux Lumières.

Références

Charle C. (dir.) (2009). Le temps des capitales culturelles XVIIIe-XXe siècles. Seyssel (Ain) : Champ Vallon, 368 p. ISBN 978-2-87673-512-5

Charle C., Roche D. (dir.) (2002). Capitales culturelles, capitales symboliques : Paris et les expériences européennes (XVIIIe-XXe siècles). Paris : Publications de la Sorbonne, 475 p. ISBN 9782859444372

Maisonobe M., Grossetti M., Milard B., Eckert D., Jégou L. (2016). « L’évolution mondiale des réseaux de collaborations scientifiques entre villes : des échelles multiples ». Revue française de sociologie, vol. 57, n°3, p. 415-438.

Monnier R. (2014). [Compte rendu de La communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières, Paris : Belin, 2014, dirigé par P.-Y. Beaurepaire]. Annales historiques de la Révolution française, n°378, p. 185-187.

Wagner C. S. (2008). The New Invisible College : Science for Development. Washington, D.C. : Brookings Institution Press, 157 p. ISBN 9780815792130

Walshaw J. (2015). [Compte rendu de La communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières, Paris : Belin, 2014, dirigé par P.-Y. Beaurepaire]. Carnet de recherche du programme CITERE. Consulté à l’adresse https://citere.hypotheses.org/

Références de l’ouvrage

Beaurepaire P.-Y. (dir.) (2014). La communication en Europe. De l’âge classique au siècle des Lumières. Paris : Belin, 365 p. ISBN 978-2-7011-8252-0

Compte rendu de La communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières, Paris, Belin, 2014, par Raymonde Monnier, Annales historiques de la Révolution française, n°378, 2014, p. 185-187.

Compte rendu de La communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières, Paris, Belin, 2014, par Raymonde Monnier

Annales historiques de la Révolution française, n°378, 2014, p. 185-187.

 Cet ouvrage est le fruit d’une recherche qui a mobilisé pendant quatre ans une équipe internationale d’une vingtaine d’historiens dans une perspective pluridisciplinaire inédite, autour du programme de l’ANR CITERE : Circulations, Territoires et Réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières. Le livre donne à voir comment les mutations scientifiques et techniques et le processus d’élargissement des échanges culturels et intellectuels ont transformé en profondeur les sociétés et contribué à remodeler durablement l’espace européen. La dimension cartographique est en effet centrale pour représenter les effets concrets du processus qui mobilise des institutions, des vecteurs et des protagonistes divers en Europe, de l’âge classique aux Lumières, au point d’en faire un Âge européen de la communication. Les auteurs accordent une grande importance aux outils qui ont facilité et accéléré les échanges et modifié les moyens et les formes de la circulation des hommes et des savoirs, à commencer par les grands réseaux routiers et leur représentation graphique, qui sont traités dans le premier chapitre par Stéphane Blond. L’étape fondamentale a été en France la création du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées dans les années 1720-1740 et le lancement de la cartographie des routes royales avec l’atlas de Trudaine. L’amélioration de la poste aux lettres et aux chevaux agit sur les circulations en Europe, un espace où la France occupe une position stratégique : le réseau routier trace les grands itinéraires vers l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie. Cartes et itinéraires couvrent les échelles nationale ou européenne, comme la Carte générale des Postes de l’Europe publiée par John Rocque en 1758. Elles répondent à la demande des voyageurs et deviennent, avec les guides routiers réédités tout au long du XVIIIe siècle, des instruments au service des membres d’une élite cosmopolite pour organiser leurs voyages et sillonner l’Europe. D’autres chapitres sont dédiés à l’articulation de la trame des institutions académiques, qui se dotent de réseaux de correspondance, et des relations interpersonnelles de leurs membres sur tout le continent (chap. II, coordonné par Pierre-Yves Beaurepaire), aux échanges critiques de la constellation intellectuelle de la diaspora protestante et aux collaborations scientifiques, par exemple en matière d’observations météorologiques et climatiques. Le développement des périodiques savants démultiplie les échanges et la connaissance des œuvres entre lettrés et érudits tandis que l’accroissement des traductions permet une spécialisation des périodiques scientifiques (chap. III, coordonné par Jeanne Peiffer et Patrice Bret). Les cartes offrent une vision globale de l’accroissement spectaculaire du paysage éditorial des périodiques savants dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, notamment en Allemagne, et des centres éditoriaux de référence comme Paris, Londres ou les grandes « bibliopoles » des villes du Saint-Empire et de la Suisse francophone (p. 110-111, 114) : l’espace de la communication est fortement ancré dans l’Europe du Nord. Les recherches prolongent les travaux liés au procès de communication et à l’intensification des relations savantes – de la sociabilité à l’histoire du livre – envisagés dans la perspective de la diffusion des Lumières dans la République des Lettres. Mais l’approche la plus novatrice de l’ouvrage réside ailleurs car les auteurs tiennent finalement à distance le rôle des grandes institutions. La notion de dispositif éprouvée au chapitre IV (coordonné par Pierre-Yves Beaurepaire et Héloïse Hermant) donne une vraie pertinence aux études de cas, accordant aux lieux spécifiques et aux acteurs individuels toute la place qui leur revient dans la dynamique de communication, soient la diversité des trajectoires biographiques et des contextes culturels. Dans l’espace lettré l’obstacle de la distance entre savants est surmonté par l’efficacité des correspondances et des relations interpersonnelles pour promouvoir la circulation des œuvres, défendre une position stratégique dans une querelle philosophique ou répondre à une campagne pamphlétaire. Au chapitre VII les analyses mettent en relief la dimension affective de l’échange épistolaire, par exemple entre le fils de Montesquieu et son savant ami Latapie, en voyage en Italie (Gilles Montègre), ou encore la collaboration amiable entre le curé des Baux et un médecin de Grenoble, Chaix et Villars, unis par leur passion pour la botanique en Dauphiné à l’époque de la Révolution (Kenneth Loiselle). Il n’est pas possible de tout citer, mais on découvrira au fil des chapitres les problématiques liées à la diffusion des écrits clandestins, les enjeux politiques, culturels ou philosophiques que recouvrent les stratégies mises en œuvre par les acteurs pour mobiliser des espaces et mettre en relation des individus pour reconfigurer les liens qui les unissent. Un zoom dédié à la ville de Spa montre comment la ville d’eau est devenue au XVIIIe siècle un carrefour de l’Europe éclairée, une étape incontournable du Grand Tour où il faut être vu. On verra comment l’espace savant dessiné par les correspondants étrangers de Guyton de Morveau ignore les grandes universités allemandes pour se concentrer à Helmstedt, où Lorenz Crell est professeur à l’université et surtout rédacteur d’un journal les Chemische Annalen. La petite ville de Saxe est une véritable plaque tournante de la chimie en Europe de Nord, tandis que l’équipe dijonnaise fait office de « bureau de traduction » en français des mémoires de chimie et de minéralogie des savants étrangers. L’insertion européenne d’autres passeurs culturels est analysée et illustrée dans les cartes, tel l’espace relationnel du pasteur réformé de Stettin, Jacques Pérard, qui met en connexion des sphères d’activités multiples (p. 176). Par ailleurs Andreas Önnerfors montre comment la ville de Greifswald en Poméranie suédoise joue le rôle de carrefour de traductions et d’interface culturelle entre les deux rives de la Baltique. Le processus de communication ainsi mis en valeur ne procède pas de dynamiques globales et cohérentes, mais d’éléments hétérogènes qui constituent des espaces construits sur les relations et les échanges, sans lien avec les limites et les territoires desÉtats. De nouveaux « lieux » intellectuels peuvent ainsi émerger par l’invention de dispositifs institutionnels inédits : la ville de Göttingen acquiert un grand rayonnement à la fin du XVIIIe siècle par sa capacité à attirer des étudiants et des chercheurs dans un espace savant qui a lié une université de création récente (1734) à une académie des sciences, à un journal scientifique et à une bibliothèque d’une grande renommée en Europe (chap. V, Emmanuelle Chapron et Anne Saada). On peut regretter l’absence d’index dans un livre qui croise tant de lieux et d’itinéraires où interagissent des personnages et des auteurs connus ou moins connus, de Pierre Bayle au savant suisse Albrecht von Haller, de l’ingénieur militaire Jean Thomas au naturaliste italien Lazzaro Spallanzani, ou au moine portugais Magellan, qui connecte la toile européenne et atlantique des expérimentations savantes. Mais il faut saluer la cartographie qui est d’une grande richesse et rend compte de l’hétérogénéité des espaces européens mobilisés dans le mouvement de connexion (table p. 355-359). Ce qui, comme le remarque Jean Boutier en conclusion de l’ouvrage, pose à terme le problème de la communication politique et la question complexe de la constitution d’un nouvel « espace public ». Pierre-Yves Beaurepaire qui a coordonné cette recherche collective présente le volume comme un bilan d’étape susceptible de se prolonger, par exemple en changeant d’échelle, pour confronter l’âge européen de la communication aux défis de la communication extra-européenne, qui est une autre caractéristique de la période étudiée. Le projet est en phase avec les réflexions actuelles sur la dynamique longue de la « mondialisation » liée aux progrès des sciences, à l’intensification des échanges et à l’élargissement de l’espace connu des Européens. On ne peut que se réjouir de cette perspective dans le sillage d’un ouvrage aussi solide sur l’interconnexion de l’espace européen de l’âge classique aux Lumières.

Review by Jill Walshaw (University of Victoria) of La Communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières (Paris: Éditions Belin, 2014). 356 pp. ISBN-10: 2701182522

H-France Review Vol. 15 (April 2015), No. 44

Pierre-Yves Beaurepaire, ed., La Communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières (Paris: Éditions Belin, 2014). 356 pp. 33€ (cl). ISBN-10: 2701182522.

Review by Jill Walshaw, University of Victoria.

 

This book treats the theme of communication in the early modern period in all its aspects, from physical infrastructure, to a variety of vectors (letters, learned journals, institutions and meeting places), to the travels of a host of protagonists, including scholars and journalists, pastors and priests, diplomats and princes. Although France holds a certain pride of place, the focus is resolutely European and even global, with trans-Atlantic communications included in more than one instance. It builds on some twenty years of intensified study of the process of communication demonstrating that the focus has moved away from the more abstract study of the diffusion and circulation of ideastowards a perspective that prioritizes the practice of communication, identifying individuals and following their communicative strategies as they negotiated space at the local, regional, national and international level. Project director Pierre-Yves Beaurepaire argues that by taking this original, yet practical approach, his team has identified a “European Age of Communication” in the seventeenth and eighteenth centuries (p. 6), an age that gave birth to a Europe that was startlingly modern in its communicative mechanisms and networks.

 

It is significant that Beaurepaire speaks of the work of his team, for this is not simply an edited volume of sollicited chapters or of individual contributions. La communication en Europe is the result of a four-year collaborative research project under the umbrella of the CITERE program (“Circulations, Territoires et Réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières”), funded by the Agence nationale de la Recherche (ANR) and supported by the Institut universitaire de France.[1] Its seven chapters and approximately 350 pages are the work of an international team of twenty scholars. Thirteen of the group are based at French institutions, with six other Europeans (from Italy, Belgium, Sweden and Finland) and one anglo-American, Kenneth Loiselle of Trinity University in San Antonio, whose work on friendship and networking in the eighteenth century makes him a good addition to the team.[2] Thus, these are the authors of the book, not contributors to it. Two chapters represent more individual endeavors, but the remaining five are co-written by an average of five scholars each, under the direction of one or more chapter coordinators. The coherence achieved in this exercise is, I would argue, somewhat limited: with individual studies neither completely independent nor blended into homogenous chapters, it retains some of the character of a collection of individual projects. Nevertheless, and entirely apart from its scholarly achievements, La communication en Europe provides an intriguing publication model in an age when research funding seems increasingly targeted to collaborative efforts.

 

One of the most prominent features of La communication en Europe is its incorporation of a large number of original figures, primarily maps. Indeed, visual content occupies most or all of seventy-two pages, approximately twenty percent of the main body of the book. While this cartographic leaning recalls two key historical atlases of communication before and during the French Revolution, the atlases are in a different category.[3] They are indispensable if relatively brief reference works with shorter text segments, compared to the wider-ranging collection of in-depth, archivally-based case studies represented by the Beaurepaire volume. And, compared with the standard monograph, the maps here are used not just as illustrations but as an integral part of the authors’ arguments.

 

The book aptly begins with the infrastructure of communication—roads in particular—examined from the perspective of travel. Stéphane Blond coordinates the first chapter, where, in a series of case studies (for example, on the emergence of travel maps as a genre, on a travel guide written by the Protestant Louis Dutens (1730-1812), and on the work-related travels of military engineer Jean Thomas) we perceive an itinerary of key destinationsaccording to contemporaries. Dutens’ guide was clearly aimed at a nervous audience, with tables enumerating expenses, exchange rates, and various units of measurement, and advising travelers to calculate travel times carefully (pp. 23, 26-29). And the peregrinations of the elite remind us of the social importance of hubs such as the town of Spa, where an ever-increasing number of visitors flocked for the benefits of being seen as much as for their health (p. 42).

 

Chapters two and three work well together, addressing the communication networks of the scientific community. The authors of chapter two (coordinated by Pierre-Yves Beaurepaire) go beyond the classic notion of the “Republic of Letters” to focus on individual scholarly strategies, including personal contacts, scientific collaboration, and publishing networks. Whiletraditional correspondence continued to be important, the development of the periodical press and of learned journals in particular was key to building multi-faceted communications, and the increasing reach of scholarly publishing networks emerges clearly from the maps. Chapter three (coordinated by Jeanne Peiffer and Patrice Bret) focuses on the importance of translation to the continued expansion of scholarly communication. As international readership grew and translation became more common, journals that failed often did so for linguistic reasons. On the other hand, as scientists sought to learn about work being done in foreign countries, translation paved the way towards more specialized journals and a narrowing of disciplines (p. 104). As in chapter one, the case studies included here focus on the practices of contemporaries rather than the history of institutions. Smaller centers emerge as important because of thepresence of a particular scholar or learned journal, while more establisheduniversities barely register in the networks of correspondents.

 

Half-way through the book, in chapter four, we are invited by Pierre-Yves Beaurepaire and Héloïse Hermant to take a step back and consider early modern communication using the notion of “dispositif,” a plan or mechanism with many individual parts developed in order to overcome an obstacle or to achieve a goal. In the context of the authors’ work, such mechanisms are seen to exist where the goal is to circulate illegal literature, or to overcome institutional or social barriers. This chapter focuses on several case studies in a laboratory-type atmosphere, as we examine how the actors perceived the communicative tools at their disposal and how they were inventive and strategic in their actions. For example, Florence Catherine demonstrates how the Swiss philosophe Albrecht von Haller used different avenues of communication to defend his position with respect to La Mettrie and Voltaire (p. 194), and Antony McKenna undertakes a similar project with respect to the intellectual quarrel between Pierre Bayle and Pierre Jurieu (p. 202).

 

The chapters that follow build on this careful attention to individual agency in case studies while exploring further aspects of communication. Chapter five, co-authored by Emmanuelle Chapron and Anne Saada, engages with scholars of book history, examining the library not in an institutional sense but in its relationship with booksellers and consumers and with intellectual and political milieux. Comparing readership, book acquisition, and reputation of libraries in the cities of Florence (with its deep-seated political and cultural foundations) and Göttingen (in constrast, “lacking any scholarly tradition”), in particular, the authors suggest that the centrality of the library in the eighteenth century was not a given, but rather, a deliberate attempt on the part of the institution to insert itself into thescholarly urban landscape. Chapter six, by Daniel Droixhe, treats us to a micro-historical account of a 1760s police investigation which aimed to discover the inner workings of a network of illegal books in Paris. The secret agents sent in to round up the distributors of livres clandestins were surprised to find that most of the guilty parties—the criminals responsible for undermining public opinion—were women (p. 267).

 

Finally, chapter seven, coordinated by Kenneth Loiselle, Gilles Montègre, and Charlotta Wolff, returns to the domain of interpersonal correspondence to focus specifically on the emotional and self-reflective aspects of communication. The social import of letter-writing, the concrete materiality of the act, and the behaviors and norms that it brought with it, were experienced by all correspondents, from Philip II as he wrote to his daughters (p. 304) to the friendly correspondence between a parish priest and a physician in Dauphiné (p. 323), marking it as one of the quintessential practices of early modern elite culture. In the end, the collaborative model used here, with co-authored chapters and multiple case studies, speaks to the central objective of the work to use concrete instances and the lives of ordinary individuals to shed light on a complex process ofchange, as Jean Boutier points out in his lucid conclusion (p. 344).

 

In one sense, this book will be of interest primarily to specialists. Scholars of the emergence of the scientific disciplines, of the multitude of overlapping intellectual exchanges of the eighteenth century, and of the educated elite across Europe and beyond, will certainly zero in withdelight on one or another of the research findings presented in this densely packed and tremendously useful collection (and it is indeed unfortunate, for this reason, that the work lacks an index). In that same vein, it is important to recognize what this book is and what it is not. It is largely unconcerned with the non-elite, with the varied means of communication among the wider population, both urban and rural. The volume is presented as a “bilan d’étape,” a first stage in a longer-term project. The implication is that future expansion will address how European networks engaged with the challenge of extra-European communications (p. 8), but an equally fruitful avenue could see the creativity and cartographic expertise of such a team harnessed to examine the “age of communication” from below, its impact on broader society rather than on remarkable individuals. Without using the well-worn image of a “trickle-down” model, the nature of communications was also changing in popular quarters in this period, just as it was among the educated elite.

 

That said, in both its method and its observations, this work highlights a number of key elements that will be of interest to all scholars of the seventeenth and eighteenth centuries. The theme of Protestantism appears as a leitmotif throughout the book, the result of the Revocation of the Edict of Nantes in 1685 and the creation of an educated, well-connected and resourceful Protestant diaspora throughout Europe. And while Pierre-Yves Beaurepaire is adamant that the goal is not to paint a “nostalgic and narcissistic” image of harmonious communication across borders (p. 5), the blending of case studies demonstrates how individual relationships and networks worked to create a space for communication which did, in fact, go beyond institutional and politicalboundaries. Still owing something, therefore, to the older model of the international “Republic of Letters,” the association with particular institutions and structures has been replaced by a much more nuanced view of communicative strategies and objectives, a dynamic picture worthy of an era of change.

 

 

NOTES

 

[1] http://citere.hypotheses.org/. The program has resulted in five other publications since 2010, and Pierre-Yves Beaurepaire, who acts as the program’s coordinator in addition to his faculty appointment at the University of Nice Sophia-Antipolis, is listed first as editor for three of them.

 

[2] Kenneth Loiselle, Brotherly Love: Freemasonry and Male Friendship in Enlightenment France (Ithaca, NY: Cornell University Press, 2014).

 

[3] From the Éditions de l’ÉHÉSS, the series Atlas de la Révolution française selected “Routes et communications” as its first volume of ten back in 1987: Serge Bonin and Claude Langlois, Atlas de la Révolution française. 1. Routes et communications (Paris: Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987); more recently, Pierre-Yves Beaurepaire and Silvia Margazalli co-wrote the Atlas de la Révolution française, Circulation des hommes et des idées, 1770-1804 (Paris: Éditions Autrement, 2010).

 

 

Jill Walshaw

Victoria University

jwalshaw@uvic.ca

 

Copyright © 2015 by the Society for French Historical Studies, all rights reserved. The Society for French Historical Studies permits the electronic distribution of individual reviews for nonprofit educational purposes, provided that full and accurate credit is given to the author, the date of publication, and the location of the review on the H-France website. The Society for French Historical Studies reserves the right to withdraw the license for edistribution/republication of individualreviews at any time and for any specific case. Neither bulk redistribution/republication in electronic form of more than five percent of the contents of H-France Review nor re-publication of any amount in print form will be permitted without permission. For any other proposed uses, contact the Editor-in-Chief of H-France. The views posted on H-France Review are not necessarily the views of the Society for French Historical Studies.

 

ISSN 1553-9172

table ronde « Actualité des Lumières », 11 mai 2015 à 13h00 au Centre à Paris de l’Université de Chicago

table ronde « Actualité des Lumières » autour du Cambridge Companion to the French Enlightenment et de Penser l’Europe au XVIIIe siècle: commerce, civilisation, empire

11 mai 2015 à 13h00 au Centre à Paris de l’Université de Chicago, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris. http://centerinparis.uchicago.edu/news/actualit%C3%A9-des-lumi%C3%A8res-table-ronde

parution de Penser l’Europe au XVIIIe siècle: commerce, civilisation, empire, Antoine Lilti et Céline Spector (dir.), Oxford University Studies on the Enlightenment, 2014

Capture d’écran 2014-11-24 à 21.40.33

Penser l’Europe au XVIIIe siècle: commerce, civilisation, empire

Ed. ANTOINE LILTI et CÉLINE SPECTOR

Au XXIe siècle, l’Europe ne fait plus rêver: son modèle est contesté, tant sur le plan économique qu’intellectuel et politique. Face à ces désillusions, il est urgent d’interroger les origines de l’idée d’Europe: quand et comment la notion d’Europe s’est-elle définie?

L’ouvrage dirigé par Antoine Lilti et Céline Spector propose un détour par les Lumières. Si l’Europe peut s’enorgueillir d’une longue histoire, c’est bien au XVIIIe siècle qu’elle est devenue un enjeu philosophique, historique et politique majeur. De Montesquieu à Kant, de Voltaire à Burke ou à Robertson, l’idée d’Europe est au coeur des controverses sur le droit international comme sur l’économie politique, sur la légitimité de l’expansion coloniale comme sur les espoirs d’un monde pacifié. Véritable enquête collective conduite par des historiens et des philosophes, Penser l’Europe au XVIIIe siècle aborde trois éléments majeurs autour desquels gravite le concept naissant d’Europe: l’empire, le commerce et la civilisation. Après avoir décrit la manière dont l’ordre européen a été conçu, les auteurs examinent la question de l’expansion commerciale et coloniale de l’Europe, ainsi que les théories de la civilisation, qui permettent d’interroger le statut de l’exceptionnalisme européen. Le siècle des Lumières ne nous présente pas un idéal européen à ressusciter, mais un champ d’interrogations dont nous ne sommes jamais véritablement sortis.

ANTOINE LILTI et CELINE SPECTOR, Introduction: l’Europe des Lumières, généalogie d’un concept

I. Un nouvel ordre européen

BRUNO BERNARDI, L’idée d’équilibre européen dans le jus gentium des modernes: esquisse d’histoire conceptuelle

STELLA GHERVAS, La paix par le droit, ciment de la civilisation en Europe? La perspective du siècle des Lumières

JENNIFER PITTS, Empire colonial et universalisme juridique au XVIIIe siècle

II. L’Europe du doux commerce?

CELINE SPECTOR, Civilisation et empire: la dialectique négative de l’Europe au siècle des Lumières

KENTA OHJI, La fin de l’Ancien Régime en Europe selon l’Histoire des deux Indes

III. La civilisation et ses critiques

ANTOINE LILTI, La civilisation est-elle européenne? Ecrire l’histoire de l’Europe au XVIIIe siècle

LARRY WOLFF, La géographie philosophique des Lumières: l’Europe de l’Est et les Tartares de Sibérie au regard de la civilisation

DOMINIC EGGEL, Le projet des Lumières mis en cause de l’intérieur: les classiques de Weimar à l’avant-garde des critiques de la civilisation européenne

SOPHIA ROSENFELD, Postface : L’Europe des cosmopolites: quand le XVIIIe siècle rencontre le XXIe

Antoine Lilti est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle des Lumières, et il a publié Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle (Paris, 2005) et Figures publiques. L’invention de la célébrité (Paris, 2014).

Céline Spector est professeur à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses travaux portent sur les Lumières et leur héritage, ainsi que sur la philosophie politique contemporaine. Elle a notamment publié Montesquieu. Pouvoirs, richesses et sociétés (Paris, 2004, rééd. 2011), Montesquieu. Liberté, droit et histoire (Paris, 2010) et Au prisme de Rousseau: usages politiques contemporains (Oxford, 2011).

Oxford University Studies in the Enlightenment, octobre 2014

ISBN 978-0-7294-1148-6, x+270 pages, £60 / €80 / $110

Vf  VOLTAIRE FOUNDATION • UNIVERSITY OF OXFORD

www.voltaire.ox.ac.uk

Penser l’Europe

Penser l’Europe au XVIIIe siu00E8cle

‘French Book Trade in Enlightenment Europe’ (FBTEE) database project

http://fbtee.uws.edu.au/main/

Dirigé par Simon Burrows, le projet de base de données et de cartographie du commerce du livre français dans l’Europe des Lumières a fait l’objet de vifs échanges notamment avec Robert Darnton. Alors que deux ouvrages de Robert Darnton viennent de paraître chez Gallimard (L’Affaire des Quatorze, Poésie, police et réseaux de communication à Paris au XVIIIe siècle, Collection NRF Essais, Gallimard Paris, 2014 et  De la censure. Essai d’histoire comparée, trad. de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Sené, Collection NRF Essais, Gallimard Paris, 2014), il peut être intéressant de revenir sur les enjeux de l’exploitation des archives de la Société Typographique de Neuchâtel en parcourant le site du FBTEE. La navigation (comme le téléchargement) dans la base de données est possible et son apprentissage facilité par des tutoriels.

Capture d’écran 2014-10-20 à 14.47.03