Baluziana virtualis (provisoire)

Projet d’une Baluziana Virtualis

Cette page vise à rendre disponible les premiers éléments d’un inventaire, en cours de réalisation, des exemplaires, actuellement conservés de par le monde, ayant fait partie de la bibliothèque du savant Etienne Baluze (1630-1718), bibliothécaire de Colbert et professeur de droit canon au Collège Royal à Paris.

Ces volumes peuvent être aisément identifiés grâce à l’ex-libris manuscrit qu’ils portent, en général sur la page de titre: « Stephanus Baluzius tutelensis ». Ils figurent, avec un numéro d’ordre, dans le catalogue que Baluze avait établi durant les dernières années de sa vie, afin de  faciliter la vente à l’unité de ses ouvrages après sa mort. Les cotes données dans l’inventaire apparaissent aux contre-plats ou aux gardes de la plupart des exemplaires examinés.

L’inventaire a fait l’objet d’une édition au printemps 1719, sous le titre Bibliotheca Baluziana seu catalogus librorum bibliothecæ V. Cl. D. Steph. Baluzii tutelensis, Paris, G. Martin et J. Boudot, 1719 (disponible sur Google Books). Le document précise sur sa page de titre que la vente aux enchères aura lieu dans la maison du défunt, rue de Tournon, à partir du lundi 8 mai 1719, les après-midi « a secunda pomeridia ad vesperam ».  Après un avis aux lecteur (« Lectori »), où les deux libraires précisent les grandes caractéristiques d’une bibliothèque dont l’intérêt ne peut échapper au « bibliophilus lector », l’ouvrage publie une brève autobiographie en latin du savant (« Fragmentum de vita, moribus et scriptis Viri Cl. Stephani Baluzii, ex ipsius autographo editum »), un catalogue des œuvres de Baluze (p. I-XXIX), avant de publier le catalogue lui-même.
Ce catalogue de vente – qui compte 1097 p. pour les ouvrages imprimés , 136 pour les manuscrits en volume, et 107 p. pour les diplômes et documents divers manuscrits –  est l’un des plus importants de l’ensemble des ventes réalisées à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles (cf. Annie Charon et Elisabeth Pariset (éd.), Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2000). Comme dans la plupart des catalogue de l’époque, les ouvrages sont classés selon une double logique, intellectuelle (par grands secteurs de savoirs) et matérielle (quatre formats : in folio, in quarto, in octavo, in dodecavo). Les grands domaines, ou classes (en latin), comprennent, ensuite, la théologie (prima classis), le droit (jurisprudentia, secunda classis), l’histoire (Tertia classis), les « humaniores litterae », catégorie complexe  qui regroupe un nombre important de rubriques (politiques, écrivains militaires, mathématiciens, bibliothécaires, philosophes, histoire naturelle, médecins, orateurs, grammairiens, philologues, épistoliers, biographies des hommes illustres). La cinquième et dernière classe est un ensemble de livres mixtes (miscellanei). Le catalogue des livres comporte 10782 numéros (p. 1-1092). Il est suivi d’un appendice qui comporte une série de rubrique : « Libri incompacti » (n°10783-10799, p. 1093-1094) ; « reliqua supellex literaria musaei baluziani seu curositates naturae & artis varia » (p. 1095 : il s’agit de l’inventaire en français du cabinet de curiosités de Baluze, qui comporte notamment des tableaux, des sculptures et de très nombreuses estampes). La « pars tertia » regroupe l’ensemble des manuscrits réunis par le savant, repartis en diplomes (diplomata manuscripta) et en volumes (codices), au nombre de 957.

A la différence d’autres bibliothèque érudites, comme celle des Dupuy, la bibliothèque de Baluze, quoique très souvent citée, n’a fait l’objet d’aucune étude, à l’exception d’une brève notice d’Alfred Franklin, « Note sur la bibliothèque d’Étienne Baluze », Annales du Bibliophile, du Bibliothécaire et de l’Archiviste, 1862, p. 153-155.

L’idée de la constitution d’une « Baluzaina Virtualis » revient à Pierre Petitmengin, ancien directeur de la bibliothèque de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, alors que se préparait le colloque qui a été consacré à Etienne Baluze à Tulle en octobre 2006.

A. Etat des recherches

Tableau des recherches dans les bibliothèques d’Europe et d’Amérique du BNord (état au 31 mars 2011)

B. Les livres de la Baluziana conservés dans quelques bibliothèques parisiennes

1. Bibliothèque Sainte-Geneviève (84 ouvrages identifiés)
Baluziana Sainte-Geneviève

2. Bibliothèque Sainte-Geneviève – Bibliothèque nordique (1 ouvrage identifié)
Baluziana Sainte-Geneviève Bibliothèque nordique

3. Bibliothèque de l’Institut (1 ouvrage identifié)
Baluziana Bibliothèque de l’Institut

4. Bibliothèque de la Sorbonne (8 ouvrages identifiés)
Baluziana Bibliothèque de la Sorbonne

5. Bibliothèque Mazarine (39 ou 40 ouvrages identifiés)
Baluziana Bibliothèque Mazarine


2 réflexions au sujet de « Baluziana virtualis (provisoire) »

  1. Il y a naturellement beaucoup de Baluziana à la BnF, dans les incunables notamment. Vous devriez demander à Nicolas Petit de vous ouvrir ses fichiers de provenances du Catalogue des Incunables de la BnF.
    Quant à moi je viens d’en découvrir deux, assez difficiles à dénicher, que je vous offre :
    – L’un se trouve à la Bibliothèque de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Masson 818 : Breviarium Lugdunense. – Lyon : Janon Carcain, 5 III 1498/99. – 2°. ISTC ib01165000.
    – L’autre à la Bibl. de l’Assemblée Nationale, BE 32 : [États généraux. Tours. 1484 :] Cest lordre qui a este gardee a tours pour appeller deuant le roy nostre souuerain seigneur ceulx des troys estatz de ce royaume. – [Paris, Antoine Caillaut, post 23 III 1484.] – 2°. ISTC ie00111700.
    Bien à vous
    Dominique COQ, Incunabuliste

  2. Voici un ex. de ma bibliothèque. Cordialement. François Moureau.

    C. CorneliusTacitus ex I. Lipsii accuratissima editione, Leyde, Elzevier, 1634.

    Un vol. in-16 de (20)-786-(29) p. dont Index; annotations ms. Quelques pages bicolores. Reliure veau fauve, dos à nerfs, tr. dorées (19e siècle).

    Edition des oeuvres de Tacite par Juste Lipse (e.o. 1621) réimprimée sur beau papier et belle typographie. Autres éditions: 1640,… (Besord, p. 65, Willems, 415). Bonaventure et Abraham Elzevier signent l’épître dédicatoire à Daniel Heinsius.
    Réunit : les Annales (p.1-432) ; les Histoires (p. 433-685) ; la Germanie (p. 687-712) ; la Vie d’Agricola (p. 713-744) et le Dialogue des orateurs (p. 745-786).

    Un titre-frontispice et une planche (portraits médaillons de César et d’Auguste) gravé par Cor. Cl. Duysent.

    Provenance: * Ex-libris ms. d’Etienne Baluze (163-1718) (Grente-Dandrey, p. 102-103), bibliothécaire de Colbert. Sa bibliothèque fut acquise en 1719 par la Bibliothèque du roi. Voir le catalogue de 1719 ci-dessous (l’ex. dut en être distrait avant son entrée à la BR). * Ex-libris imprimés de J. Degout et de Gabriel Hanotaux (avec note ms.: ‘don de M. Plantet, 5 mars 1896’) [1853-1944, ministre des Affaires étrangères et bibliophile; AF, 1897]. * [Cat. vente, 1995, n° 26].

    Annotations ms.: Jean de Peyrarède. Ex. signalé dans la Bibliotheca Baluziana, Paris, Gabriel Martin, 1719 (Ars., 8° H 24908 (1-2)), n° 10070: ‘ubi nota mss. Joannis Peyraredi Aquitani’ (alors reliure en maroquin). Jean de Peyrarède, (C. 1590- c.1660) gascon (Bergerac) et protestant, avocat et procureur du roi en Périgord, écrit des remarques sur Térence et Florus, édite Stace, ‘complète’ Virgile (Moréri, 1759, t. VIII, p. 244-45). Correspondant de Chapelain. Huet en fait l’éloge dans son Commentarius de rebus ad eum pertinentibus, p. 168. Tallemant lui consacre une ‘historiette’, éd. Adam, t. II, p. 733-34: voyage en Hollande pour y rencontrer des ‘critiques’; à la fin de sa vie, il gagnait sa vie en expliquant les auteurs latins dans des leçons particulières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *